251218


Et dire que dans le monde des êtres portent des toasts.

Stefano Massini, Les frères Lehman, Globe, traduction Nathalie Bauer

Quand on me demandera où j’en suis, il faut bien que je réponde sincèrement : perdu. C’est arrivé plusieurs fois ces derniers jours, c’est donc que ça avait du sens, ce mot. Où je veux vivre dans les années qui viennent ? Je sais pas. Qu’est-ce que je ferai de ma vie dans les années qui viennent ? Je sais pas. Qu’est-ce que je vais écrire ? Je sais pas. Est-ce que je veux continuer à traduire (et si oui quoi) ? Je sais pas. Jusqu’où ça va aller ces cheveux ? Je sais pas. Quand est-ce que je rentre à Paris ? Je sais pas (plus). Est-ce que je vais vivre plutôt qu’écrire [1] ? Je sais pas. Est-ce que j’irai au bout de ces « Bara no hanayome » qu’il me faudra pourtant bien lire le 27 janvier, pour Seconda ? Je sais pas. Qu’est-ce que je pense de tout ça ? Je sais pas. Je sais donc rien et c’est très bien comme ça. Ça devrait être une ambition dans la vie : ne surtout rien savoir sur rien. Et entre Sylvia Plath, Virginia Woolf, Clarice Lispector et Alejandra Pizarnik une seule ne s’est pas suicidée. Laquelle ?

26 janvier 2019
par Guillaume Vissac
Journal
#Alejandra Pizarnik #Bara no hanayome #Clarice Lispector #Mort #St-Etienne #Stefano Massini #Sylvia Plath #Thierry Crouzet #Traduire #Virginia Woolf

[1Thierry Crouzet écrit écrire pour vivre, chez moi c’est le contraire et ça s’annule.

<  -  >

Partager

Révisions

7 révisions

251218, version 8 (26 janvier 2019)

Mort, St-Etienne, Virginia Woolf, Clarice Lispector, Traduire, Sylvia Plath, Thierry Crouzet, Bara no hanayome, Stefano Massini, Alejandra Pizarnik

<blockquote >

Et dire que dans le monde des êtres portent des toasts . lehman

Stefano Massini, Les frères Lehman, Globe, traduction Nathalie Bauer

</blockquote>

Quand on me demandera où j’en suis, il faut bien que je réponde sincèrement : perdu. C’est arrivé plusieurs fois ces derniers jours, c’est donc que ça avait du sens, ce mot. Où je veux vivre dans les années qui viennent ? Je sais pas. Qu’est-ce que je ferai de ma vie dans les années qui viennent ? Je sais pas. Qu’est-ce que je vais écrire ? Je sais pas. Est-ce que je veux continuer à traduire (et si oui quoi) ? Je sais pas. Jusqu’où ça va aller ces cheveux ? Je sais pas. Quand est-ce que je rentre à Paris ? Je sais pas (plus). Est-ce que je vais vivre plutôt qu’écrire [1]  ? Je sais pas. Est-ce que j’irai au bout de ces « Bara no hanayome » ? qu’il me faudra pourtant bien lire le 27 janvier , pour [Seconda->https://www . atelierdebricolage.net/wp-content/uploads/2019/01/annonceSeconda-pourA4-web.pdf]  ? Je sais pas. Qu’est-ce que je pense de tout ça ? Je sais pas. Je sais donc rien et c’est très bien comme ça. Ça devrait être une ambition dans la vie : ne surtout rien savoir sur rien. Et entre Entre Sylvia Plath, Virginia Woolf, Clarice Lispector et Alejandra Pizarnik une seule ne s’est pas suicidée. Laquelle ?

[1Thierry Crouzet écrit écrire pour vivre, chez moi c’est le contraire et ça s’annule.

jpg/dsc_1234.jpg

251218, version 7 (25 janvier 2019)

Quand on me demandera où j’en suis il faut bien que je réponde sincèrementce que je suis : perdu. C’est arrivé plusieurs fois ces derniers jours, c’est donc que ça avait du sens, ce mot mot-là . Où je veux vivre dans les années qui viennent ? Je sais pas. Qu’est-ce que je ferai de ma vie dans les années qui viennent ? Je sais pas. Qu’est-ce que je vais écrire ? Je sais pas. Est-ce que je veux continuer à traduire (et si oui quoi) ? Je sais pas. Jusqu’où ça va aller ces cheveux ? Je sais pas. Quand est-ce que je rentre à Paris ? Je sais pas (plus). Est-ce que je vais vivre plutôt qu’écrire [2] Est-ce que j’irai au bout de ces « Bara no hanayome » ? Je sais pas. Qu’est-ce que je pense de tout ça ? Je sais pas. Je sais donc rien et c’est très bien comme ça. Ça devrait être une ambition dans la vie : ne surtout rien savoir sur rien. Entre Sylvia Plath, Virginia Woolf, Clarice Lispector et Alejandra Pizarnik une seule ne s’est pas suicidée. Laquelle ?

[2Thierry Crouzet écrit écrire pour vivre, chez moi c’est le contraire et ça s’annule.

251218, version 6 (20 janvier 2019)

Quand on me demandera où j’en suis il faut bien que je réponde sincèrement ce que je suis : perdu. C’est arrivé plusieurs fois ces derniers jours, c’est donc que ça avait du sens ce mot-là. Où je veux vivre dans les années qui viennent ? Je sais pas. Qu’est-ce que je ferai de ma vie dans les années qui viennent ? Je sais pas. Qu’est-ce que je vais écrire ? Je sais pas. Est-ce que je veux continuer à traduire (et si oui quoi) ? Je sais pas. Jusqu’où ça va aller ces cheveux ? Je sais pas. Quand est-ce que je rentre à Paris ? Je sais pas (plus). Est-ce que je vais vivre plutôt qu’écrire [3] Est-ce que j’irai au bout de ces «  Bara no hanayome » ? Je sais pas. Qu’est-ce que je pense de tout ça ? Je sais pas. Je sais donc rien et c’est très bien comme ça . (? Ça devrait être une ambition dans la vie : ne surtout rien savoir sur rien. ) comme ça. Entre Sylvia Plath, Virginia Woolf, Clarice Lispector et Alejandra Pizarnik une seule ne s’est pas suicidée. Laquelle ?

[3Thierry Crouzet écrit écrire pour vivre, chez moi c’est le contraire et ça s’annule.

251218, version 5 (27 décembre 2018)

lehman

Quand on me demandera où j’en suis il faut bien que je réponde sincèrement ce que je suis : perdu. C’est arrivé plusieurs fois ces derniers jours, c’est donc que ça avait du sens ce mot-là. Où je veux vivre dans les années qui viennent ? Je sais pas. Qu’est-ce que je ferai de ma vie dans les années qui viennent ? Je sais pas. Qu’est-ce que je vais écrire ? Je sais pas. Est-ce que je veux continuer à traduire (et si oui quoi) ? Je sais pas. Jusqu’où ça va aller ces cheveux ? Je sais pas.Quand est-ce que je rentre à Paris ? Je sais pas (plus). Est-ce que je vais vivre plutôt qu’écrire [4] Est-ce que j’irai au bout de ces Bara no hanayome ? Je sais pas. Qu’est-ce que je pense de tout ça ? Je sais pas. Je sais donc rien et c’est très bien (?) comme ça. Entre Sylvia Plath, Virginia Woolf, Clarice Lispector et Alejandra Pizarnik une seule ne s’est pas suicidée. Laquelle ? quelque part, nagori

[4Thierry Crouzet écrit écrire pour vivre, chez moi c’est le contraire et ça s’annule.

251218, version 4 (26 décembre 2018)

Quand on me demandera où j’en suis il faut bien que je réponde sincèrement ce que je suis : perdu. C’est arrivé plusieurs fois ces derniers jours, c’est donc que ça avait du sens ce mot-là. Où je veux vivre dans les années qui viennent ? Je sais pas. Qu’est-ce que je ferai de ma vie dans les années qui viennent ? Je sais pas. Qu’est-ce que je vais écrire ? Je sais pas. Est-ce que je veux continuer à traduire (et si oui quoi) ? Je sais pas. Jusqu’où ça va aller ces cheveux ? Je sais pas.Quand est-ce que je rentre à Paris ? Je sais pas (plus). Est-ce que je vais vivre plutôt qu’écrire [5] Est-ce que j’irai au bout de ces Bara no hanayome ? Je sais pas. Qu’est-ce que je pense de tout ça ? Je sais pas. Je sais donc rien et c’est très bien (?) comme ça. Entre Sylvia Plath, Virginia Woolf, Clarice Lispector et Alejandra Pizarnik une seule ne s’est pas suicidée. Laquelle ? quelque part, nagori

[5Thierry Crouzet écrit écrire pour vivre, chez moi c’est le contraire et ça s’annule.

251218, version 3 (25 décembre 2018)

Quand on me demandera où j’en suis il faut bien que je réponde sincèrement ce que je suis : perdu. C’est arrivé plusieurs fois ces derniers jours, c’est donc que ça avait du sens ce mot-là. Où je veux vivre dans les années qui viennent ? Je sais pas. Qu’est-ce que je ferai de ma vie dans les années qui viennent ? Je sais pas. Qu’est-ce que je vais écrire ? Je sais pas. Est-ce que je veux continuer à traduire (et si oui quoi) ? Je sais pas. Jusqu’où ça va aller ces cheveux ? Je sais pas.Quand est-ce que je rentre à Paris ? Je sais pas (plus). Est-ce que je vais vivre plutôt qu’écrire [6] Est-ce que j’irai au bout de ces Bara no hanayome ? Je sais pas. Qu’est-ce que je pense de tout ça ? Je sais pas. Je sais donc rien et c’est très bien (?) comme ça. Entre Sylvia Plath, Virginia Woolf, Clarice Lispector et Alejandra Pizarnik une seule ne s’est pas suicidée. Laquelle ?

[6Thierry Crouzet écrit écrire pour vivre, chez moi c’est le contraire et ça s’annule.

251218, version 2 (25 décembre 2018)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |