261212


Dossier que moi j’appelle boucherie : j’y ai mis des photos d’inconnus et de corps. Leur ai fauché leurs âmes. Ne les leur rendrai pas.

Dehors, plus haut, le long de l’herbe, rouges, des vaches. Avec leurs cornes des vaches. Viens chercher là les taupes de mon enfance et armé d’un bâton.

Picturalise depuis peu la gueule du site pour ///. Les trois barres parallèles en énorme sur la page d’accueil (peut-être aussi en gris sur blanc dans l’arrière plan de toutes les autres pages). Peut-être trois colonnes. À gauche le texte. Contextualiser via l’arborescence droite. Éventuellement des cartes. Peut-être, pas loin, un résumé des épisodes précédents.

Beaucoup trop de sang dans nos corps, nos crânes surtout, ça fait tanguer les chairs, et ça nique les poignets, alors, dans ces conditions, comment juger ceux qui, bien des siècles en amont, pensaient qu’il fallait nous saigner pour nous faire aller mieux ?

<  -  >

Partager

Révisions

3 révisions

261212, version 4 (30 décembre 2012)

Corps, Ailleurs, ///

Dossier que moi j’appelle Dossier que moi j’appelle boucherie : j’y ai mis des photos d’inconnus et de corps. Leur ai fauché leurs âmes. Ne les leur rendrai pas.

Picturalise depuis peu la gueule du site pour ///. Les trois barres parallèles en énorme sur la page d’accueil (peut-être aussi en gris sur blanc dans l’arrière plan de toutes sur les autres pages). Peut-être trois colonnes. À Texte à gauche le texte . Contextualiser Recontextualisation via l’arborescence à droite. Éventuellement des cartes. Peut-être, pas loin , un résumé des épisodes précédents . précédents quelque part .

jpg/p1040502.jpg

261212, version 3 (29 décembre 2012)

Dehors, plus haut, le long de l’herbe, rouges, des vaches. Avec leurs cornes des vaches. Viens Je viens chercher les taupes de mon enfance et armé d’un bâton.

Picturalise depuis peu la gueule du site pour [///-> mot342 ]. ///. Les trois barres parallèles en énorme sur la page d’accueil (peut-être aussi en gris sur blanc dans l’arrière plan sur les autres pages). Peut-être trois colonnes. Texte à gauche. Recontextualisation via l’arborescence à droite. Peut-être un résumé des épisodes précédents quelque part.

Il y a beaucoup trop de sang dans nos corps, et surtout dans nos crânes, ça fait tanguer les chairs, et ça nique les tape aux poignets, alors dans ces conditions comment juger ceux qui, bien des siècles en amont, pensaient qu’il fallait nous saigner pour nous faire aller mieux ?

Une phrase, je la note : je me nourris de la tête des autres.

261212, version 2 (26 décembre 2012)

Il y a beaucoup trop de sang dans nos corps, et surtout dans nos crânes, ça fait tanguer les chairs, et ça tape aux poignets, alors dans ces conditions comment juger ceux qui, bien des siècles en amont, pensaient qu’il fallait nous saigner pour nous faire aller mieux ?

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |