150914


And as the standard of comfort rose, as the complexity of the mechanism of living increased, life in the country had become more and more costly, or narrow and impossible. The disappearance of vicar and squire, the extinction of the general practitioner by the city specialist ; had robbed the village of its last touch of culture. After telephone, kinematograph and phonograph had replaced newspaper, book, schoolmaster, and letter, to live outside the range of the electric cables was to live an isolated savage. In the country were neither means of being clothed nor fed (according to the refined conceptions of the time), no efficient doctors for an emergency, no company and no pursuits.

H.G. Wells, When the Sleeper Wakes

Il y a un épisode de Cowboy Bebop où ils n’ont que des oeufs à manger (Spike en a même entre chaque doigt, il les bouffe à la chaîne). Il me semble que ce n’est pas le même que celui où ils n’ont que des champignons à manger, ou que celui où Faye ouvre une boite de nourriture pour chien devant Ein le chien et la mange elle-même [1]. J’y pense à cause des trois boîtes d’oeufs dans le frigo fermé.

Même si je ne connais pas directement les personnes concernées ça me fout le cafard quand j’entends les mots tristes cancer généralisé, foudroyant, saloperie, suivi de l’âge de la personne qui pourrait être le mien, le sien, le tien.

Couru le long du Molly for two pianos de Jeroen Van Veen, soit 27 minutes environ. Je ne sais pas la distance, Runtastic s’est arrêté après trois pauvres secondes inexplicablement. Plusieurs personnes légères marchent sur des fils tendus (ça s’appelle la slackline). Couru d’accord mais ça ne sert à rien : c’est un échec.

J’aurais voulu bosser Mueller ce soir (mais je ne peux pas).

5 octobre 2014
par Guillaume Vissac
Journal
#Courir #Cowboy Bebop #H.G. Wells #Jeroen van Veen #Mort #Mueller

[1C’est même beaucoup plus triste que ça : c’est l’épisode où Ed et Ein quittent le Bebop.

<  -  >

Partager

Révisions

5 révisions

150914, version 6 (5 octobre 2014)

Mort, Jeroen van Veen, Mueller, Courir, H.G. Wells, Cowboy Bebop

<blockquote>

And as the standard of comfort rose, as the complexity of the mechanism of living increased, life in the country had become more and more costly, or narrow and impossible. The disappearance of vicar and squire, the extinction of the general practitioner by the city specialist ; had robbed the village of its last touch of culture. After telephone, kinematograph and phonograph had replaced newspaper, book, schoolmaster, and letter, to live outside the range of the electric cables was to live an isolated savage. In the country were neither means of being clothed nor fed (according to the refined conceptions of the time), no efficient doctors for an emergency, no company and no pursuits.

H.G. Wells When the sleeper wakes , When the Sleeper Wakes citation du 14/09

</blockquote>

150914, version 5 (4 octobre 2014)

Il y a un épisode de Cowboy Bebop où ils n’ont que des oeufs à manger (Spike en a même un entre chaque doigt, il les bouffe à la chaîne). Il me semble que ce n’est pas le même que celui où ils n’ont que des champignons à manger, ou que celui où Faye ouvre une boite de nourriture pour chien devant Ein le chien et la mange elle-même [1]. Je pense à cela à cause des trois boîtes d’oeufs dans le frigo fermé.

Même si je ne connais pas directement personnellement les personnes dont il est question ça me fout le cafard quand j’entends les mots tristes cancer généralisé, foudroyant, saloperie, suivi de l’âge de la personne qui pourrait être le mien, le sien, le tien.

J’aurais voulu bosser Mueller Mueller ce soir (mais je ne peux pas).

[1C’est même plus triste que ça : c’est l’épisode où Ed et Ein quittent le Bebop.

150914, version 4 (15 septembre 2014)

J’aurais voulu bosser Mueller ce soir (mais je ne peux pas).

150914, version 3 (15 septembre 2014)

When the sleeper wakes, citation du 14/09

Il y a un épisode de Cowboy Bebop où ils n’ont que des oeufs à manger (Spike en a un entre chaque doigt, il les bouffe à la chaîne). Il me semble que ce n’est pas le même que celui où ils n’ont que des champignons à manger, ou que celui où Faye ouvre une boite de nourriture pour chien devant Ein le chien et la mange elle-même [2]. elle-même . Je pense à cela à cause des trois boîtes d’oeufs qu’il y a dans le frigo fermé et qu’il faudra manger .

[2C’est même plus triste que ça  : c’est l’épisode Ed et Ein quittent le Bebop .

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |