190216


Dans une cabine en bois peint, une grasse baigneuse aux airs de Cicciolina se sèche et se rhabille en se cognant aux parois. Deux adolescents gémissants se caressent longuement langue contre langue dans la dernière cabine de la même rangée. Assis dans le sable sur des serviettes éponges, les membres de la famille Vandermeersch au complet croquent dans leurs tartines de pâté maison. Maman Vandermeersch se demande ce qui se passe dans cette cabine ; soudain, le rouge envahit son visage. Des grains de sable apportés par le vent crissent entre les dents de Petche et Metche ; ils les avalent avec les cornichons verts.

Lucien Suel, Mer du Nord in Dérives dans l’espace-temps, éditions QazaQ

Il existe une société secrète de poètes anonymes qui se retrouvent la nuit ou très tôt le matin dans des forêts, des terrains vagues, au creux des canalisations béantes qui déversent de l’eau polluée dans la vase. Ils travaillent sur des poèmes organiques qui ont pour thèmes les blattes, les cafards, les hétérocères et les mitochondries. Je sais qui dirige cette organisation. Ce texte [1] de Lucien Suel est particulièrement fort. Peut-être car je l’ai entendu lire il y a quelques semaines à Veneux-les-Sablons ? J’aime cette plongée plan par plan dans la matière du monde, comme si on s’approchait image par image avant l’impact. Ce serait quoi l’impact ?

Sur le sable, les feux nocturnes crépitent, les étincelles papillonnent. Les atomes de carbone dessinent la carte des voyages, le chemin des migrations. Le pétrole et le gaz piégés dans les schistes du jurassique remontent dans les tuyaux des forages. Les oies sauvages remuent les couches atmosphériques. Aller-retour annuel dans le ciel, dans les siècles des siècles. Ondes de formes, nuages-mémoires. 

Ibid.

26 mars 2016
par Guillaume Vissac
Journal
#Lucien Suel #Rêve

[1« Mer du Nord », donc.

<  -  >

Partager

Révisions

4 révisions

190216, version 5 (26 mars 2016)

<blockquote>

Dans une cabine en bois peint, une grasse baigneuse aux airs de Cicciolina se sèche et se rhabille en se cognant aux parois. Deux adolescents gémissants se caressent longuement langue contre langue dans la dernière cabine de la même rangée. Assis dans le sable sur des serviettes éponges, les membres de la famille Vandermeersch au complet croquent dans leurs tartines de pâté maison. Maman Vandermeersch se demande ce qui se passe dans cette cabine ; soudain, le rouge envahit son visage. Des grains de sable apportés par le vent crissent entre les dents de Petche et Metche ; ils les avalent avec les cornichons verts.

[Lucien Suel, Mer du Nord in Dérives dans l’espace-temps, éditions QazaQ->http://www.qazaq . " fr/pages/derives-dans-lespace-temps /]

Dérives " dans une cabine en bois peint ...

</blockquote>

Lucien Suel, Rêve
jpg/dsc_0571.jpg

190216, version 4 (26 mars 2016)

Il existe une société secrète de poètes anonymes qui se retrouvent la nuit ou très tôt le matin dans des forêts, des terrains vagues, au creux des canalisations béantes qui déversent de l’eau polluée dans la vase. Ils travaillent sur des poèmes organiques qui ont pour thèmes pour la plupart centraux les blattes, les cafards, les hétérocères et les mitochondries. Je sais qui dirige cette organisation. Ce texte de Lucien Suel est particulièrement fort. Peut-être car je l’ai entendu lire il y a quelques semaines à V... ? J’aime cette plongée plan par plan dans la matière du monde, comme si l’on s’approchait image par image avant l’impact. Ce serait quoi l’impact cet impact ?

190216, version 3 (19 février 2016)

Dérives "dans une cabine en bois peint..."

Il existe une société secrète de poètes anonymes qui se retrouvent la nuit ou très tôt le matin dans des forêts, des terrains vagues, au creux des canalisations béantes qui déversent de l’eau polluée dans la vase. Ils travaillent sur des poèmes organiques qui ont pour thèmes centraux les blattes, les cafards, les hétérocères et les mitochondries. Je sais qui dirige cette organisation. Ce texte de Lucien Suel est particulièrement fort. Peut-être car je l’ai entendu lire il y a quelques semaines à V...  ? J’aime cette plongée plan par plan dans la matière du monde, comme si l’on s’approchait image par image avant l’impact. Ce serait quoi cet impact ?

Dérives "Sur le sable..."

190216, version 2 (19 février 2016)

Commentaires

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |