290117


Des bribes seulement d’un peu du match d’anthologie qui se joue à Melbourne. Mais tout ce que je vois fait perdre Federer dont je suis le chat noir ; je coupe et n’apprendrai qu’après sa victoire. Retour du bureau de vote, un motard sur la rue qui descend, étourdi cinq minutes et la moto couchée, un casque noir, le foulard noir jusque sous ses deux yeux qu’il y a sans doute derrière des lunettes fines et grises et métalliques. Quelqu’un s’occupe de déplacer la moto. Le reste du temps rien, pas grand chose : recopier les pages d’Eff écrites à la main ces derniers jours où il était inconcevable de le faire dans l’écran. Jeudi (1005 mots). Vendredi (503 mots). Samedi (1052 mots). Mettre de l’ordre dans mes notes hier pour la lecture d’à crâne fendre. Tout un laïus pour expliquer pourquoi, comment, fini par décider en arrivant devant le micro de n’en rien faire, que c’était accessoire, qu’il valait mieux se lancer brutalement dans les mots, sans contexte ni explications ni préambule, juste ces mots les fendre. Ce laïus ça disait bonsoir blablabla, à crâne fendre emprunt à Guyotat blablabla, Guillotin = Guyotat + Pérotin blablabla, deux poèmes de jeunesse de Guillotin blablabla, médecin, a écrit des articles de loi, des décrets, des écrits de médecine blablabla, dont « Le grand spécifique ou L’ordonnance de MM. Guillotin et Salle, docteurs en médecine, sur la maladie et le traitement de très haut et très puissant seigneur, monseigneur, le haut Clergé de l’église gallicane » blablabla, deux poèmes de jeunesse que ce soir je vais vous blablabla, relatent les années d’apprentissage d’une médecine parallèle blablabla, l’apprentissage d’une pratique extrême du silence blablabla, et l’échec de cet apprentissage qui a précipité son retour vers la médecine traditionnelle blablabla, quant à ma lecture blablabla, il s’agira d’un mélange de deux textes de façon plus ou moins improvisées dont la fin sera déterminée par l’arrêt de la construction sonore qui m’accompagnera tout au long, et ainsi de suite... 1225 mots d’aujourd’hui sur un peu des Méandres pour quatre pianos de Simeon ten Holt.

<  -  >

Partager

Révisions

6 révisions

290117, version 7 (9 mars 2017)

Pierre Guyotat, Simeon ten Holt, Pérotin
Des bribes seulement d’un peu du [match match d’anthologie qui se joue à Melbourne->http://abonnes Melbourne , la finale de l’Open d’Australie entre Nadal et Federer .lequipe.fr/Tennis/Actualites/Le-point-epoustouflant-de-roger-federer-dans-le-cinquieme-set/773274]. Mais tout ce que je vois regarde fait perdre Federer dont alors je suis le chat noir  ; je coupe et n’apprendrai qu’après sa victoire. Retour du bureau de vote, un motard glisse sur la rue qui descend, étourdi cinq minutes et la moto couchée, un casque noir, le un foulard noir jusque sous ses deux yeux qu’il y a sans doute derrière des lunettes fines et grises et métalliques. Quelqu’un s’occupe de déplacer la motosur le trottoir . Le reste du temps rien, ou pas grand chose : recopier les pages d’Eff écrites de Eff écrits à la main ces derniers jours où il était inconcevable de le faire l’écrire dans l’écran. Jeudi (1005 Jeudi ( 1005 mots). Vendredi (503 Vendredi ( 503 mots). Samedi (1052 Samedi ( 1052 mots). Mettre de l’ordre dans mes notes hier Mettre de l’ordre dans mes notes d’hier pour la lecture d’à crâne fendre. Tout Avais prévu tout un laïus pour expliquer pourquoi le texte en préambule , comment , avais fini par décider en arrivant devant le micro de n’en rien faire, que c’était accessoire, qu’il valait mieux se lancer brutalement dans les mots, sans contexte ni explications ni préambule , juste ces mots les fendre . Ce laïus ça disait bonsoir blablabla, à crâne fendre emprunt à Guyotat blablabla, Guillotin = Guyotat + Pérotin blablabla, deux poèmes de jeunesse de Guillotin blablabla, médecin, a écrit des articles de loi, des décrets, des écrits de médecine blablabla, dont « Le grand spécifique ou L’ordonnance de MM. Guillotin et Salle, docteurs en médecine, sur la maladie et le traitement de très haut et très puissant seigneur, monseigneur, le haut Clergé de l’église gallicane » blablabla, deux poèmes de jeunesse que ce soir je vais vous blablabla, relatent les années de jeunesse d’apprentissage d’une médecine parallèle blablabla, l’apprentissage d’une pratique extrême du silence blablabla, et l’échec de cet apprentissage qui a précipité son retour vers la médecine traditionnelle blablabla, quant à ma lecture blablabla, il s’agira s’agit d’un mélange de deux textes de façon plus ou moins improvisées dont la fin sera déterminée par l’arrêt de la construction sonore qui m’accompagnera tout au long, et ainsi de suite mon blablabla ... 1225 mots d’aujourd’hui sur un peu des [Méandres Méandres pour quatre pianos->https://www piano de Simeon ten Holt .youtube.com/watch ?v=pe3x56M6aUk] de Simeon ten Holt.
jpg/dsc_0013-2.jpg

290117, version 6 (5 mars 2017)

Des bribes seulement d’un peu du match d’anthologie qui se joue à Melbourne, la finale de l’Open d’Australie entre Nadal et Federer. Mais tout ce que je regarde fait perdre Federer alors je coupe et n’apprendrai qu’après sa victoire. Retour À notre retour du bureau de vote, un motard glisse sur la rue qui descend, étourdi cinq minutes et la moto couchée, un casque noir, un foulard noir jusque sous ses deux yeux qu’il y a sans doute derrière des lunettes fines et métalliques. Quelqu’un s’occupe de déplacer la moto sur le trottoir. Le reste du temps rien ou pas grand chose : recopier les pages de Eff écrits à la main ces derniers jours où il était inconcevable de l’écrire dans l’écran. Jeudi (1005 mots). Vendredi (503 mots). Samedi (1052 mots). Mettre de l’ordre dans mes notes d’hier pour la lecture d’à crâne fendre. Avais prévu tout un laïus pour expliquer le texte en préambule, avais fini par décider en arrivant devant le micro de n’en rien faire, que c’était accessoire, qu’il valait mieux se lancer brutalement dans les mots, sans contexte ni explications. Ce laïus ça disait bonsoir blablabla, à crâne fendre emprunt à Guyotat blablabla, Guillotin = Guyotat + Pérotin blablabla, deux poèmes de jeunesse de Guillotin blablabla, médecin, a écrit des articles de loi, des décrets, des écrits de médecine blablabla, dont « Le grand spécifique ou L’ordonnance de MM. Guillotin et Salle, docteurs en médecine, sur la maladie et le traitement de très haut et très puissant seigneur, monseigneur, le haut Clergé de l’église gallicane » blablabla, on retrouve des mots , tournures de phrases , deux formulations dans ces écrits techniques qui proviennent directement de ses poèmes de jeunesse blablabla , parmi lesquels les deux poèmes que ce soir je vais vous blablabla, qui relatent les années de jeunesse d’apprentissage d’une médecine parallèle blablabla, l’apprentissage d’une pratique extrême du silence blablabla, et l’échec de cet apprentissage qui a précipité son retour vers la médecine traditionnelle blablabla, quant à ma lecture blablabla, il s’agit d’un mélange de deux textes de façon plus ou moins improvisées dont la fin sera déterminée par l’arrêt de la construction sonore qui m’accompagnera tout au long de mon blablabla... 1225 mots d’aujourd’hui sur un peu des Méandres pour quatre piano de Simeon ten Holt.

290117, version 5 (29 janvier 2017)

Des bribes seulement d’un peu du match d’anthologie qui se joue à Melbourne, la finale de l’Open d’Australie entre Nadal et Federer. Mais tout ce que je regarde fait perdre Federer alors je coupe et n’apprendrai qu’après sa victoire. À notre retour du bureau de vote un motard glisse sur la rue qui descend, étourdi cinq minutes et la moto couchée, un casque noir, un foulard noir jusque sous ses deux yeux qu’il y a sans doute derrière des lunettes fines et métalliques. Quelqu’un s’occupe de déplacer la moto sur le trottoir. Le reste du temps rien ou pas grand chose : recopier les pages de Eff écrits à la main ces derniers jours où il était inconcevable de l’écrire dans l’écran. Jeudi (1005 mots). Vendredi (503 mots). Samedi (1052 mots). Mettre de l’ordre dans mes notes d’hier pour la lecture d’à crâne fendre. Avais prévu tout un laïus pour expliquer le texte en préambule, avais fini par décider en arrivant devant le micro de n’en rien faire, que c’était accessoire, qu’il valait mieux se lancer brutalement dans les mots, sans contexte ni explications. Ce laïus ça disait bonsoir blablabla, à crâne fendre emprunt à Guyotat blablabla, Guillotin = Guyotat + Pérotin blablabla, deux poèmes de jeunesse de Guillotin blablabla, médecin, a écrit des articles de loi, des décrets, des écrits de médecine blablabla, dont « Le grand spécifique ou L’ordonnance de MM. Guillotin et Salle, docteurs en médecine, sur la maladie et le traitement de très haut et très puissant seigneur, monseigneur, le haut Clergé de l’église gallicane » blablabla, on retrouve des mots, tournures de phrases, formulations dans ces écrits techniques qui proviennent directement de ses poèmes de jeunesse blablabla, parmi lesquels les deux poèmes que ce soir je vais vous blablabla, qui relatent les années de jeunesse d’apprentissage d’une médecine parallèle blablabla, l’apprentissage d’une pratique extrême du silence blablabla, et l’échec de cet apprentissage qui a précipité son retour vers la médecine traditionnelle blablabla, quant à ma lecture blablabla, il s’agit d’un mélange de deux textes de façon plus ou moins improvisées dont la fin sera déterminée par l’arrêt de la construction sonore qui m’accompagnera tout au long de mon blablabla... 1225 mots d’aujourd’hui sur un peu des Méandres pour quatre piano de Simeon ten Holt.

290117, version 4 (29 janvier 2017)

Des bribes seulement d’un peu du match d’anthologie qui se joue à Melbourne, la finale de l’Open d’Australie entre Nadal et Federer. Mais tout ce que je regarde fait perdre Federer alors je coupe et n’apprendrai qu’après sa victoire. À notre retour du bureau de vote un motard glisse sur la rue qui descend, étourdi cinq minutes et la moto couchée, un casque noir, un foulard noir jusque sous ses deux yeux qu’il y a sans doute derrière des lunettes fines et métalliques. Quelqu’un s’occupe de déplacer la moto sur le trottoir. Le reste du temps rien ou pas grand chose : recopier les pages de Eff écrits à la main ces derniers jours où il était inconcevable de l’écrire dans l’écran. Jeudi (1005 mots). Vendredi (503 mots). Samedi (1052 mots). Mettre de l’ordre dans mes notes d’hier pour la lecture d’à crâne fendre. Avais prévu tout un laïus pour expliquer le texte en préambule, avais fini par décider en arrivant devant le micro de n’en rien faire, que c’était accessoire, qu’il valait mieux se lancer brutalement dans les mots, sans contexte ni explications. Ce laïus ça disait bonsoir blablabla, à crâne fendre emprunt à Guyotat blablabla, Guillotin = Guyotat + Pérotin blablabla, deux poèmes de jeunesse de Guillotin blablabla, médecin, a écrit des articles de loi, des décrets, des écrits de médecine blablabla, dont « Le grand spécifique ou L’ordonnance de MM. Guillotin et Salle, docteurs en médecine, sur la maladie et le traitement de très haut et très puissant seigneur, monseigneur, le haut Clergé de l’église gallicane » blablabla, on retrouve des mots, tournures de phrases, formulations dans ces écrits techniques qui proviennent directement de ses poèmes de jeunesse blablabla, parmi lesquels les deux poèmes que ce soir je vais vous blablabla, qui relatent les années de jeunesse d’apprentissage d’une médecine parallèle blablabla, l’apprentissage d’une pratique extrême du silence blablabla, et l’échec de cet apprentissage qui a précipité son retour vers la médecine traditionnelle blablabla, quant à ma lecture blablabla, il s’agit d’un mélange de deux textes de façon plus ou moins improvisées dont la fin sera déterminée par l’arrêt de la construction sonore qui m’accompagnera tout au long de mon blablabla...

290117, version 3 (29 janvier 2017)

Des bribes seulement d’un peu du match d’anthologie qui se joue à Melbourne, la finale de l’Open d’Australie entre Nadal et Federer. Mais tout ce que je regarde fait perdre Federer alors je coupe et n’apprendrai qu’après sa victoire. Le reste du temps rien ou pas grand chose : recopier les pages de Eff écrits à la main ces derniers jours où il était inconcevable de l’écrire dans l’écran. Jeudi (1005 mots). Vendredi (503 mots). Samedi (1052 mots). Mettre de l’ordre dans mes notes d’hier pour la lecture d’à crâne fendre. Avais prévu tout un laïus pour expliquer le texte en préambule, avais fini par décider en arrivant devant le micro de n’en rien faire, que c’était accessoire, qu’il valait mieux se lancer brutalement dans les mots, sans contexte ni explications. Ce laïus ça disait bonsoir blablabla, à crâne fendre emprunt à Guyotat blablabla, Guillotin = Guyotat + Pérotin blablabla, deux poèmes de jeunesse de Guillotin blablabla, médecin, a écrit des articles de loi, des décrets, des écrits de médecine blablabla, dont « Le grand spécifique ou L’ordonnance de MM. Guillotin et Salle, docteurs en médecine, sur la maladie et le traitement de très haut et très puissant seigneur, monseigneur, le haut Clergé de l’église gallicane » blablabla, on retrouve des mots, tournures de phrases, formulations dans ces écrits techniques qui proviennent directement de ses poèmes de jeunesse blablabla, parmi lesquels les deux poèmes que ce soir je vais vous blablabla, qui relatent les années de jeunesse d’apprentissage d’une médecine parallèle blablabla, l’apprentissage d’une pratique extrême du silence blablabla, et l’échec de cet apprentissage qui a précipité son retour vers la médecine traditionnelle blablabla, quant à ma lecture blablabla, il s’agit d’un mélange de deux textes de façon plus ou moins improvisées dont la fin sera déterminée par l’arrêt de la construction sonore qui m’accompagnera tout au long de mon blablabla...

290117, version 2 (29 janvier 2017)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |