070917


La nuit arriva. C’était une nuit sans lune, très sombre, pleine d’étoiles. Comme, dans ce pays plat, l’horizon est bas et que le fleuve redouble le ciel, j’eus, pendant un moment, l’impression d’avancer non pas sur le fleuve mais sur le firmament noir. Chaque fois que la pagaie touchait l’eau, on eût dit que de nombreuses étoiles éclataient, se pulvérisaient, disparaissaient dans l’élément dont elles tiraient origine et qui les maintenait à leur place, qu’elles se transformaient, de points lumineux et fixes en taches informes ou en lignes capricieuses, de sorte que, sur mon passage, l’élément sur lequel je dérivais semblait être, à mesure, anéanti ou réabsorbé par la nuit.

Juan José Saer, L’ancêtre, Le tripode, traduction Laure Bataillon, P. 107-108.

C’est la rentrée des feuilles mortes et de ce bruit qu’ils ont pour les souffler. 939 mots pour Eff. Le changement de voix, ça me sauve. Boosté. C’est une respiration que d’aller là, sur ces terres. Lumineuse soirée Volodine chez Charybde pour la sortie de Black Village de Lutz Bassmann où il sera question de structure pyramidale des narrats et d’humour du désastre. Derrière, c’est avec un petit tampon prêté par Lutz Bassmann qu’il signera ses livres.

<  -  >

{Partager}
{Révisions}

8 révisions

070917, version 9 (7 octobre 2017)

Antoine Volodine, Lutz Bassmann, Juan José Saer
jpg/dsc_0014-2.jpg
<blockquote> La nuit arriva. C’était une nuit sans lune, très sombre, pleine d’étoiles. Comme, dans ce pays plat, l’horizon est bas et que le fleuve redouble le ciel, j’eus, pendant un moment, l’impression d’avancer non pas sur le fleuve mais sur le firmament noir. Chaque fois que la pagaie touchait l’eau, on eût dit que de nombreuses étoiles éclataient, se pulvérisaient, disparaissaient dans l’élément dont elles tiraient origine et qui les maintenait à leur place, qu’elles se transformaient, de points lumineux et fixes en taches informes ou en lignes capricieuses, de sorte que, sur mon passage, l’élément sur lequel je dérivais semblait être, à mesure, anéanti ou réabsorbé par la nuit.

Juan José Saer, L’ancêtre, Le tripode, traduction Laure Bataillon, P. 107-108.

</blockquote>

C’est la rentrée des feuilles mortes et de ce bruit qu’ils ont pour les souffler. Procès Pistorius, [Day 5, Part 3->https://www.v=FNLi_rdeTvc]. M. Pieter Baba, agent de sécurité du Silverwoods estate est appelé à témoigner. Manque quelques minutes. Le son est mauvais, l’accent de l’interprète difficile à suivre. Il parle en Afrikaan. Connait M. Pistorius. Il est très célèbre. Connaissait-il Reeva ? Oui, via M. Pistorius. A-t-il vu Reeva ce soir-là ? Oui, elle est arrivée à 18h. Elle était seule. Ils se sont parlé. Il lui a ouvert et elle est entrée. A-t-il vu M. Pistorius arriver ? Il est arrivé un peu après Reeva. Après avoir patrouillé avec ses collègues il est revenu au portail (gate) et il a entendu des coups de feu. Il a reçu des coups de téléphone du Dr Step et d’autres voisins. Le Dr Step était sur son balcon et regardait vers la maison de M. Pistorius. Il a appelé M. Pistorius (?Il a remarqué que M. Pistorius pleurait. Il a essayé de parler à M. Pistorius pour s’assurer que tout allait bien mais la conversation a pris fin. M. Pistorius l’a rappelé, peut-être sans le vouloir. Il pleurait. La ligne a coupé encore. Quelques minutes plus tard, M. Stanva (?) est arrivé dans une Mini Cooper blanche. Il a jailli de la voiture et se sont dirigés de suite vers la maison de M. Pistorius. Il est ensuite entré et a vu M. Pistorius et Reeva. Il était très choqué. Il a perdu connaissance. Il a repris ses esprits : M. Pistorius portait Reeva et la descendait de l’étage vers le rez-de-chaussée, dans les escaliers. Y avait-il quelqu’un d’autre dans la maison ? Non, personne n’a ouvert la porte. Et puis, quelqu’un est resté à la porte. Ils ont appelé la police et une ambulance ainsi que le estate manager. Il n’est pas rentré dans la maison, on lui a simplement d’appeler. Les lumières étaient-elles allumées ? Oui. 939 mots pour Eff. Le changement de voix, ça me sauve. Boosté. C’est une respiration que d’aller là, sur ces terres terres-là . [Lumineuse soirée Volodine chez Charybde->https://www.youtube.com/watch?v=z9s5G9Hurrk] ). Lumineuse soirée Volodine chez Charybde pour la sortie de Black Village de Lutz Bassmann où il sera question de structure pyramidale des narrats et d’humour du désastre. Derrière, c’est avec un petit tampon prêté par Lutz Bassmann qu’il signera ses livres.

070917, version 8 (7 octobre 2017)

<blockquote> La nuit arriva. C’était une nuit sans lune, très sombre, pleine d’étoiles. Comme, dans ce pays plat, l’horizon est bas et que le fleuve redouble le ciel, j’eus, pendant un moment, l’impression d’avancer non pas sur le fleuve mais sur le firmament noir. Chaque fois que la pagaie touchait l’eau, on eût dit que de nombreuses étoiles éclataient, se pulvérisaient, disparaissaient dans l’élément dont elles tiraient origine et qui les maintenait à leur place, qu’elles se transformaient, de points lumineux et fixes en taches informes ou en lignes capricieuses, de sorte que, sur mon passage, l’élément sur lequel je dérivais semblait être, à mesure, anéanti ou réabsorbé par la nuit.

Juan José Saer, L’ancêtre, Le tripode, traduction Laure Bataillon, P. 107-108.

</blockquote>

C’est la rentrée des feuilles mortes et de ce bruit qu’ils ont pour les souffler. Procès Pistorius, Day 5, Part 3. M. Pieter Baba, agent de sécurité du Silverwoods estate est appelé à témoigner. Manque quelques minutes. Le son est mauvais, l’accent de l’interprète difficile à suivre. Il parle en Afrikaan. Connait M. Pistorius. Il est très célèbre. Connaissait-il Reeva ? Oui, via M. Pistorius. A-t-il vu Reeva ce soir-là ? Oui, elle est arrivée à 18h. Elle était seule. Ils se sont parlé. Il lui a ouvert et elle est entrée. A-t-il vu M. Pistorius arriver ? Il est arrivé un peu après Reeva. Après avoir patrouillé avec ses collègues il est revenu au portail (gate) et il a entendu des coups de feu. Il a reçu des coups de téléphone du Dr Step et d’autres voisins. Le Dr Step était sur son balcon et regardait vers la maison de M. Pistorius. Il a appelé M. Pistorius (?). Il a remarqué que M. Pistorius pleurait. Il a essayé de parler à M. Pistorius pour s’assurer que tout allait bien mais la conversation a pris fin. M. Pistorius l’a rappelé, peut-être sans le vouloir. Il pleurait. La ligne a coupé encore. Quelques minutes plus tard, M. Stanva (?) est arrivé dans une Mini Cooper blanche. Il a jailli de la voiture et se sont dirigés de suite vers la maison de M. Pistorius. Il est ensuite entré et a vu M. Pistorius et Reeva. Il était très choqué. Il a perdu connaissance. Il a repris ses esprits : M. Pistorius portait Reeva et la descendait de l’étage vers le rez-de-chaussée, dans les escaliers. Y avait-il quelqu’un d’autre dans la maison ? Non, personne n’a ouvert la porte. Et puis, quelqu’un est resté à la porte. Ils ont appelé la police et une ambulance ainsi que le estate manager. Il n’est pas rentré dans la maison, on lui a simplement d’appeler. Les lumières étaient-elles allumées ? Oui. 939 mots pour Eff. Le changement de voix, ça me sauve m’a boosté . Boosté. C’est une respiration que d’aller là, sur ces terres-là. Lumineuse soirée Volodine chez Charybde pour la sortie de Black Village de Lutz Bassmann où il sera question de structure pyramidale des narrats et d’humour du désastre. Derrière, c’est avec un petit tampon prêté prêté par Lutz Bassmann Bassmann qu’il signera ses livres.

070917, version 7 (6 octobre 2017)

<blockquote> La nuit arriva. C’était une nuit sans lune, très sombre, pleine d’étoiles. Comme, dans ce pays plat, l’horizon est bas et que le fleuve redouble le ciel, j’eus, pendant un moment, l’impression d’avancer non pas sur le fleuve mais sur le firmament noir. Chaque fois que la pagaie touchait l’eau, on eût dit que de nombreuses étoiles éclataient, se pulvérisaient, disparaissaient dans l’élément dont elles tiraient origine et qui les maintenait à leur place, qu’elles se transformaient, de points lumineux et fixes en taches informes ou en lignes capricieuses, de sorte que, sur mon passage, l’élément sur lequel je dérivais semblait être, à mesure, anéanti ou réabsorbé par la nuit.

Juan José Saer, L’ancêtre, Le tripode, traduction Laure Bataillon, P. 107-108.

</blockquote>

C’est la rentrée des feuilles mortes et de ce bruit qu’ils ont pour les souffler. Rentrée, aussi, pour ???. Procès Pistorius, Day 5, Part 3. M. Pieter Baba, agent de sécurité du Silverwoods estate est appelé à témoigner. Manque quelques minutes. Le son est mauvais, l’accent de l’interprète difficile à suivre. Il parle en Afrikaan. Connait M. Pistorius. Il est très célèbre. Connaissait-il Reeva ? Oui, via M. Pistorius. A-t-il vu Reeva ce soir-là ? Oui, elle est arrivée à 18h. Elle était seule. Ils se sont parlé. Il lui a ouvert et elle est entrée. A-t-il vu M. Pistorius arriver ? Il est arrivé un peu après Reeva. Après avoir patrouillé avec ses collègues il est revenu au portail (gate) et il a entendu des coups de feu. Il a reçu des coups de téléphone du Dr Step et d’autres voisins. Le Dr Step était sur son balcon et regardait vers la maison de M. Pistorius. Il a appelé M. Pistorius (?). Il a remarqué que M. Pistorius pleurait. Il a essayé de parler à M. Pistorius pour s’assurer que tout allait bien mais la conversation a pris fin. M. Pistorius l’a rappelé, peut-être sans le vouloir. Il pleurait. La ligne a coupé encore. Quelques minutes plus tard, M. Stanva (?) est arrivé dans une Mini Cooper blanche. Il a jailli de la voiture et se sont dirigés de suite vers la maison de M. Pistorius. Il est ensuite entré et a vu M. Pistorius et Reeva. Il était très choqué. Il a perdu connaissance. Il a repris ses esprits : M. Pistorius portait Reeva et la descendait de l’étage vers le rez-de-chaussée, dans les escaliers. Y avait-il quelqu’un d’autre dans la maison ? Non, personne n’a ouvert la porte. Et puis, quelqu’un est resté à la porte. Ils ont appelé la police et une ambulance ainsi que le estate manager. Il n’est pas rentré dans la maison, on lui a simplement d’appeler. Les lumières étaient-elles allumées ? Oui. 939 mots pour Eff. Le changement de voix, ça m’a boosté. C’est une respiration que d’aller là, sur ces terres-là. Lumineuse soirée Volodine chez Charybde pour la sortie de Black Village de Lutz Bassmann où il sera question de structure pyramidale des narrats et d’humour du désastre. Derrière, c’est avec un petit tampon prêté par Lutz Bassmann qu’il signera ses les livresde Lutz Bassmann .

070917, version 6 (1er octobre 2017)

<blockquote> La nuit arriva. C’était une nuit sans lune, très sombre, pleine d’étoiles. Comme, dans ce pays plat, l’horizon est bas et que le fleuve redouble le ciel, j’eus, pendant un moment, l’impression d’avancer non pas sur le fleuve mais sur le firmament noir. Chaque fois que la pagaie touchait l’eau, on eût dit que de nombreuses étoiles éclataient, se pulvérisaient, disparaissaient dans l’élément dont elles tiraient origine et qui les maintenait à leur place, qu’elles se transformaient, de points lumineux et fixes en taches informes ou en lignes capricieuses, de sorte que, sur mon passage, l’élément sur lequel je dérivais semblait être, à mesure, anéanti ou réabsorbé par la nuit.

Juan José Saer, L’ancêtre, Le tripode, traduction Laure Bataillon, P. 107-108.

</blockquote>

C’est la rentrée des feuilles mortes et de ce bruit qu’ils ont pour les souffler. Rentrée, aussi, pour ???. . Procès Pistorius, Day 5, Part 3. M. Pieter Baba, agent de sécurité du Silverwoods estate est appelé à témoigner. Manque quelques minutes. Le son est mauvais, l’accent de l’interprète difficile à suivre. Il parle en Afrikaan. Connait M. Pistorius. Il est très célèbre. Connaissait-il Reeva ? Oui, via M. Pistorius. A-t-il vu Reeva ce soir-là ? Oui, elle est arrivée à 18h. Elle était seule. Ils se sont parlé. Il lui a ouvert et elle est entrée. A-t-il vu M. Pistorius arriver ? Il est arrivé un peu après Reeva. Après avoir patrouillé avec ses collègues il est revenu au portail (gate) et il a entendu des coups de feu. Il a reçu des coups de téléphone du Dr Step et d’autres voisins. Le Dr Step était sur son balcon et regardait vers la maison de M. Pistorius. Il a appelé M. Pistorius (?). Il a remarqué que M. Pistorius pleurait. Il a essayé de parler à M. Pistorius pour s’assurer que tout allait bien mais la conversation a pris fin. M. Pistorius l’a rappelé, peut-être sans le vouloir. Il pleurait. La ligne a coupé encore. Quelques minutes plus tard, M. Stanva (?) est arrivé dans une Mini Cooper blanche. Il a jailli de la voiture et se sont dirigés de suite vers la maison de M. Pistorius. Il est ensuite entré et a vu M. Pistorius et Reeva. Il était très choqué. Il a perdu connaissance. Il a repris ses esprits : M. Pistorius portait Reeva et la descendait de l’étage vers le rez-de-chaussée, dans les escaliers. Y avait-il quelqu’un d’autre dans la maison ? Non, personne n’a ouvert la porte. Et puis, quelqu’un est resté à la porte. Ils ont appelé la police et une ambulance ainsi que le estate manager. Il n’est pas rentré dans la maison, on lui a simplement d’appeler. Les lumières étaient-elles allumées ? Oui. 939 mots pour Eff. Le changement de voix, ça m’a boosté. C’est une respiration que d’aller là, sur ces terres-là. Lumineuse soirée Volodine chez Charybde pour la sortie de Black Village de Lutz Bassmann où il sera question de structure pyramidale des narrats et d’humour du désastre. Derrière, c’est avec un petit tampon prêté par Lutz Bassmann qu’il signera les livres de Lutz Bassmann.

070917, version 5 (9 septembre 2017)

<blockquote> La nuit arriva. C’était une nuit sans lune, très sombre, pleine d’étoiles. Comme, dans ce pays plat, l’horizon est bas et que le fleuve redouble le ciel, j’eus, pendant un moment, l’impression d’avancer non pas sur le fleuve mais sur le firmament noir. Chaque fois que la pagaie touchait l’eau, on eût dit que de nombreuses étoiles éclataient, se pulvérisaient, disparaissaient dans l’élément dont elles tiraient origine et qui les maintenait à leur place, qu’elles se transformaient, de points lumineux et fixes en taches informes ou en lignes capricieuses, de sorte que, sur mon passage, l’élément sur lequel je dérivais semblait être, à mesure, anéanti ou réabsorbé par la nuit.

Juan José Saer, L’ancêtre, Le tripode, traduction Laure Bataillon, P. 107-108.

</blockquote>

C’est la rentrée des feuilles mortes et de ce bruit qu’ils ont pour les souffler. Rentrée, aussi, pour . Procès Pistorius, Day 5, Part 3. M. Pieter Baba, agent de sécurité du Silverwoods estate est appelé à témoigner. Manque quelques minutes. Le son est mauvais, l’accent de l’interprète difficile à suivre. Il parle en Afrikaan. Connait M. Pistorius. Il est très célèbre. Connaissait-il Reeva ? Oui, via M. Pistorius. A-t-il vu Reeva ce soir-là ? Oui, elle est arrivée à 18h. Elle était seule. Ils se sont parlé. Il lui a ouvert et elle est entrée. A-t-il vu M. Pistorius arriver ? Il est arrivé un peu après Reeva. Après avoir patrouillé avec ses collègues il est revenu au portail (gate) et il a entendu des coups de feu. Il a reçu des coups de téléphone du Dr Step et d’autres voisins. Le Dr Step était sur son balcon et regardait vers la maison de M. Pistorius. Il a appelé M. Pistorius (?). Il a remarqué que M. Pistorius pleurait. Il a essayé de parler à M. Pistorius pour s’assurer que tout allait bien mais la conversation a pris fin. M. Pistorius l’a rappelé, peut-être sans le vouloir. Il pleurait. La ligne a coupé encore. Quelques minutes plus tard, M. Stanva (?) est arrivé dans une Mini Cooper blanche. Il a jailli de la voiture et se sont dirigés de suite vers la maison de M. Pistorius. Il est ensuite entré et a vu M. Pistorius et Reeva. Il était très choqué. Il a perdu connaissance. Il a repris ses esprits : M. Pistorius portait Reeva et la descendait de l’étage vers le rez-de-chaussée, dans les escaliers. Y avait-il quelqu’un d’autre dans la maison ? Non, personne n’a ouvert la porte. Et puis, quelqu’un est resté à la porte. Ils ont appelé la police et une ambulance ainsi que le estate manager. Il n’est pas rentré dans la maison, on lui a simplement d’appeler. Les lumières étaient-elles allumées ? Oui. 939 mots pour Eff. Le changement de voix, ça m’a boosté. C’est une respiration que d’aller là, sur ces terres-là. Lumineuse soirée Volodine chez Charybde pour la sortie de Black Village de Lutz Bassmann où il sera question de structure pyramidale des narrats et d’humour du désastre.

070917, version 4 (7 septembre 2017)

C’est la rentrée des feuilles mortes et de ce bruit qu’ils ont pour les souffler. Rentrée, aussi, pour . Procès Pistorius, Day 5, Part 3. M. Pieter Baba, agent de sécurité du Silverwoods estate est appelé à témoigner. Manque quelques minutes. Le son est mauvais, l’accent de l’interprète difficile à suivre. Il parle en Afrikaan. Connait M. Pistorius. Il est très célèbre. Connaissait-il Reeva ? Oui, via M. Pistorius. A-t-il vu Reeva ce soir-là ? Oui, elle est arrivée à 18h. Elle était seule. Ils se sont parlé. Il lui a ouvert et elle est entrée. A-t-il vu M. Pistorius arriver ? Il est arrivé un peu après Reeva. Après avoir patrouillé avec ses collègues il est revenu au portail (gate) et il a entendu des coups de feu. Il a reçu des coups de téléphone du Dr Step et d’autres voisins. Le Dr Step était sur son balcon et regardait vers la maison de M. Pistorius. Il a appelé M. Pistorius (?). Il a remarqué que M. Pistorius pleurait. Il a essayé de parler à M. Pistorius pour s’assurer que tout allait bien mais la conversation a pris fin. M. Pistorius l’a rappelé, peut-être sans le vouloir. Il pleurait. La ligne a coupé encore. Quelques minutes plus tard, M. Stanva (?) est arrivé dans une Mini Cooper blanche. Il a jailli de la voiture et se sont dirigés de suite vers la maison de M. Pistorius. Il est ensuite entré et a vu M. Pistorius et Reeva. Il était très choqué. Il a perdu connaissance. Il a repris ses esprits : M. Pistorius portait Reeva et la descendait de l’étage vers le rez-de-chaussée, dans les escaliers. Y avait-il quelqu’un d’autre dans la maison ? Non, personne n’a ouvert la porte. Et puis, quelqu’un est resté à la porte. Ils ont appelé la police et une ambulance ainsi que le estate manager. Il n’est pas rentré dans la maison, on lui a simplement d’appeler. Les lumières étaient-elles allumées ? Oui. 939 mots pour Eff. Le changement de voix, ça m’a boosté. C’est une respiration que d’aller là, sur ces terres-là. Lumineuse soirée Volodine chez Charybde pour la sortie de Black Village de Lutz Bassmann où il sera question de structure pyramidale des narrats et d’humour du désastre.

070917, version 3 (7 septembre 2017)

C’est la rentrée des feuilles mortes et de ce bruit qu’ils ont pour les souffler. Rentrée, aussi, pour . Procès Pistorius, Day 5, Part 3. M. Pieter Baba, agent de sécurité du Silverwoods estate est appelé à témoigner. Manque quelques minutes. Le son est mauvais, l’accent de l’interprète difficile à suivre. Il parle en Afrikaan. Connait M. Pistorius. Il est très célèbre. Connaissait-il Reeva ? Oui, via M. Pistorius. A-t-il vu Reeva ce soir-là ? Oui, elle est arrivée à 18h. Elle était seule. Ils se sont parlé. Il lui a ouvert et elle est entrée. A-t-il vu M. Pistorius arriver ? Il est arrivé un peu après Reeva. Après avoir patrouillé avec ses collègues il est revenu au portail (gate) et il a entendu des coups de feu. Il a reçu des coups de téléphone du Dr Step et d’autres voisins. Le Dr Step était sur son balcon et regardait vers la maison de M. Pistorius. Il a appelé M. Pistorius (?). Il a remarqué que M. Pistorius pleurait. Il a essayé de parler à M. Pistorius pour s’assurer que tout allait bien mais la conversation a pris fin. M. Pistorius l’a rappelé, peut-être sans le vouloir. Il pleurait. La ligne a coupé encore. Quelques minutes plus tard, M. Stanva (?) est arrivé dans une Mini Cooper blanche. Il a jailli de la voiture et se sont dirigés de suite vers la maison de M. Pistorius. Il est ensuite entré et a vu M. Pistorius et Reeva. Il était très choqué. Il a perdu connaissance. Il a repris ses esprits : M. Pistorius portait Reeva et la descendait de l’étage vers le rez-de-chaussée, dans les escaliers. Y avait-il quelqu’un d’autre dans la maison ? Non, personne n’a ouvert la porte. Et puis, quelqu’un est resté à la porte. Ils ont appelé la police et une ambulance ainsi que le estate manager. Il n’est pas rentré dans la maison, on lui a simplement d’appeler. Les lumières étaient-elles allumées ? Oui. 939 mots pour Eff. Le changement de voix, ça m’a boosté. C’est une respiration que d’aller là, sur ces terres-là.

070917, version 2 (7 septembre 2017)

{Commentaires}

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

{Autres articles}


Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |