200319


Je mets pas le nez dehors. J’écris à quelqu’un arg. Puis le stress absolu, bon courage. J’oublie que je dois respecter des quotas pour l’écran. J’ouvre un paquet de thé gingembre citron vert. Je me dis que dans un texte, ce texte, le présent est plombant. Je reconnais à Tartelette des qualités de persévérance (ou d’inconscience) plutôt invraisemblables. J’écris que ça je le ferai demain, ça je le ferai d’ici la fin de la semaine, ça s’appelle donc procrastiner je pense. Je me prononce sur la question des surremises. Je cherche frénétiquement quelque chose dans un tiroir qui ne veut pas s’ouvrir. Je trie les médicaments périmés. Je passe d’une machine à une autre pour pouvoir lire un texte avec une police qui fait la liaison entre les s et les t (j’ignore quel nom ça prend [1], toujours est-il que je trouve ça snob). Je cherche comment on dit tête-bêche en anglais (et aussitôt je l’oublie). J’envisage de contrevenir au protocole (mais je ne vais pas au bout de mon idée). Je termine trois paquets de pâtes d’un coup. Je me coupe le pouce. Je casse une assiette en céramique. Je cherche des pansements japonais. Je pirate quelque chose. Je termine Tous les diamants du ciel. Je suis avec mes doigts le circuit des nervures qui serpentent dans mon exemplaire de Histoire d’un chien. J’aimerais moi que la vie me réchauffe.

<  -  >

Partager

Révisions

9 révisions

200319, version 10 (21 avril 2019)

Je mets pas le nez dehors. J’écris à quelqu’un arg. Puis le stress absolu, bon courage. J’oublie que je dois respecter des quotas pour l’écran. J’ouvre un paquet de thé gingembre citron vert. Je me dis que dans un texte, ce texte, le présent est plombant. Je reconnais à Tartelette des qualités de persévérance (ou d’inconscience) plutôt invraisemblables. J’écris que ça je le ferai demain, ça je le ferai d’ici la fin de la semaine, ça s’appelle donc procrastiner je pense. Je me prononce sur la question des surremises. Je cherche frénétiquement quelque chose dans un tiroir qui ne veut pas s’ouvrir. Je trie les médicaments périmés. Je passe d’une machine à une autre pour pouvoir lire un texte avec une police qui fait la liaison entre les s et les t (j’ignore quel nom ça prend , toujours est-il que je trouve ça prend [1], toujours est-il que je trouve ça snob). Je cherche comment on dit tête-bêche en anglais (et aussitôt je l’oublie). J’envisage de contrevenir au protocole (mais je ne vais pas au bout de mon idée). Je termine trois paquets de pâtes d’un coup. Je me coupe le pouce. Je casse une assiette en céramique. Je cherche des pansements japonais. Je pirate quelque chose. Je termine Tous les diamants du ciel. Je suis avec mes doigts le circuit des nervures qui serpentent dans mon exemplaire de Histoire d’un chien. J’aimerais moi que la vie me réchauffe.

200319, version 9 (21 avril 2019)

Migraine, Claro, Lapins, Hélène Bessette, Hunter X Hunter
jpg/dsc_1505.jpg
Je mets pas le nez dehors. J’écris à quelqu’un arg. Puis J’écris à quelqu’un arg , puis le stress absolu, bon courage. J’oublie que je dois respecter des quotas pour l’écran. J’ouvre un paquet de thé gingembre citron vert. Je me dis que dans un texte, ce texte, le présent est plombant. Je reconnais à Tartelette des qualités de persévérance (ou d’inconscience) plutôt invraisemblables. J’écris que ça je le ferai demain, ça je le ferai d’ici la fin de la semaine, ça s’appelle donc procrastiner je pense. Je me prononce sur la question des surremises. Je cherche frénétiquement quelque chose dans un tiroir qui ne veut pas s’ouvrir. Je trie les médicaments périmés. Je passe d’une machine à une autre pour pouvoir lire un texte avec une police qui fait la liaison entre les s et les t (j’ignore quel nom ça prend, toujours est-il que je trouve ça snob). Je cherche comment on dit tête-bêche en anglais (et aussitôt je l’oublie). J’envisage de contrevenir au protocole (mais je ne vais pas au bout de mon idée). Je termine trois paquets de pâtes d’un coup. Je me coupe le pouce. Je casse une assiette en céramique. Je cherche des pansements japonais. Je pirate quelque chose. Je termine [Tous Tous les diamants du ciel->https://www . ciel . actes-sud.fr/catalogue/litterature/tous-les-diamants-du-ciel]. Je suis avec mes doigts le circuit des nervures qui serpentent dans mon exemplaire de [Histoire Histoire d’un chien->http://www . chien . lenouvelattila.fr/histoire-du-chien/]. J’aimerais moi que la vie me réchauffe.

200319, version 8 (20 avril 2019)

Je mets pas le nez dehors. J’écris à quelqu’un arg, puis le , le stress absolu, bon courage. J’oublie que je dois respecter des quotas pour l’écran. J’ouvre un paquet de thé gingembre citron vert. Je me dis que dans un texte, ce texte, le présent est plombant. Je reconnais à Tartelette des qualités de persévérance (ou d’inconscience) plutôt invraisemblables. J’écris que ça je le ferai demain, ça je le ferai d’ici la fin de la semaine, ça s’appelle donc procrastiner je pense. Je me prononce sur la question des surremises. Je cherche frénétiquement quelque chose dans un tiroir qui ne veut pas s’ouvrir. Je trie les médicaments périmés. Je passe d’une machine à une autre pour pouvoir lire un texte avec une police qui fait la liaison entre les s et les t (j’ignore quel nom ça prend, toujours est-il que je trouve ça snob m’agace ). Je cherche comment on dit tête-bêche en anglais (et aussitôt je l’oublie). J’envisage de contrevenir au protocole (mais je ne vais pas au bout de mon idée). Je termine trois paquets de pâtes d’un coup. Je me coupe le pouce. Je casse une assiette en céramique. Je cherche des pansements japonais. Je pirate quelque chose. Je termine Tous les diamants du ciel. Je suis avec mes doigts le circuit des nervures qui serpentent dans mon exemplaire de Histoire d’un chien. J’aimerais moi que la vie me réchauffe.

200319, version 7 (20 avril 2019)

Je mets pas le nez dehors. J’écris à quelqu’un arg, le stress absolu, bon courage. J’oublie que je dois respecter des quotas pour l’écran. J’ouvre un paquet de thé gingembre citron vert. Je me dis que dans un texte, ce texte, le présent est plombant. Je reconnais à Tartelette des qualités de persévérance (ou d’inconscience, c’est selon ) plutôt invraisemblables. J’écris que ça je le ferai demain, ça je le ferai d’ici la fin de la semaine, ça s’appelle donc procrastiner je pense. Je me prononce sur la question des surremises. Je cherche frénétiquement quelque chose dans un tiroir qui ne veut pas s’ouvrir. Je trie les médicaments périmés. Je passe d’une machine à une autre pour pouvoir lire un texte avec une police qui fait la liaison entre les s et les t (j’ignore quel nom ça prend, toujours est-il que ça m’agace). Je cherche comment on dit tête-bêche en anglais (et aussitôt je l’oublie). J’envisage de contrevenir au protocole (mais je ne vais pas au bout de mon idée). Je termine trois paquets de pâtes d’un coup. Je me coupe le pouce. Je casse une assiette en céramique. Je cherche des pansements japonais. Je pirate quelque chose. Je termine Tous les diamants du ciel. Je suis avec mes doigts le circuit des nervures qui serpentent dans mon exemplaire de Histoire d’un chien. J’aimerais moi que la vie me réchauffe.

200319, version 6 (18 avril 2019)

Je mets pas le nez dehors. J’écris à quelqu’un arg, le stress absolu, bon courage. J’oublie que je dois respecter des quotas pour l’écran. J’ouvre un paquet de thé gingembre citron vert. Je me dis que dans un texte, ce texte, le présent est plombant. Je reconnais à Tartelette des qualités de persévérance (ou d’inconscience, c’est selon) plutôt invraisemblables . ). J’écris que ça je le ferai demain, ça je le ferai d’ici la fin de la semaine, ça s’appelle donc procrastiner je pense. Je me prononce sur la question des surremises. Je cherche frénétiquement quelque chose dans un tiroir qui ne veut pas s’ouvrir. Je trie les médicaments périmés. Je passe d’une machine à une autre pour pouvoir lire un texte avec une police qui fait la liaison entre les s et les t (j’ignore quel nom ça prend, toujours est-il que ça m’agace). Je cherche comment on dit tête-bêche en anglais (et aussitôt je l’oublie). J’envisage de contrevenir au protocole (mais je ne vais pas au bout de mon idée). Je termine trois paquets de pâtes d’un coup. Je me coupe le pouce. Je casse une assiette en céramique. Je cherche des pansements japonais. Je pirate quelque chose. Je termine Tous les diamants du ciel. Je suis avec mes doigts le circuit des nervures qui serpentent dans mon exemplaire de Histoire d’un chien. J’aimerais moi que la vie me réchauffe.

200319, version 5 (23 mars 2019)

Je mets pas le nez dehors. J’écris à quelqu’un arg , le que c’est le stress absolu, bon courage. J’oublie que je dois respecter des quotas pour l’écran. J’ouvre un paquet de thé gingembre citron vert. Je me dis que dans un texte , ce texte, que je lis le présent est plombant. Je reconnais à Tartelette des qualités de persévérance (ou d’inconscience, c’est selon). J’écris que ça je le ferai demain, ça je le ferai d’ici la fin de la semaine, ça s’appelle donc procrastiner je pense. Je me prononce sur la question des surremises. Je cherche frénétiquement quelque chose dans un tiroir qui ne veut pas s’ouvrir. Je trie les médicaments périmés. Je passe d’une machine à une autre pour pouvoir lire un texte avec une police qui fait la liaison entre les s et les t (j’ignore quel nom ça prend, toujours est-il que ça m’agace ). Je cherche comment on dit tête-bêche en anglais (et aussitôt je l’oublie). J’envisage de contrevenir au protocole (mais je ne vais pas au bout de mon idée). Je termine trois paquets de pâtes d’un coup. Je me coupe le pouce. Je casse une assiette en céramique. Je cherche des pansements japonais. Je pirate quelque chose. Je termine Tous les diamants du ciel. Je suis avec mes doigts le circuit des nervures qui serpentent dans mon exemplaire de Histoire d’un chien. J’aimerais moi que la vie me réchauffe.

200319, version 4 (21 mars 2019)

Je mets pas le nez dehors. J’écris à quelqu’un que c’est le stress absolu, bon courage. J’oublie que je dois respecter des quotas pour l’écran. J’ouvre un paquet de thé gingembre citron vert. Je me dis que dans ce texte que je lis le présent est plombant. Je reconnais à Tartelette des qualités de persévérance (ou d’inconscience, c’est selon). J’écris que ça je le ferai demain, ça je le ferai d’ici la fin de la semaine, ça s’appelle donc procrastiner je pense. Je me prononce sur la question des surremises. Je cherche frénétiquement quelque chose dans un tiroir qui ne veut pas s’ouvrir. Je trie les médicaments périmés. Je passe d’une machine à une autre pour pouvoir lire un texte avec une police qui fait la liaison entre les s et les t (j’ignore quel nom ça prend). Je cherche comment on dit tête-bêche en anglais (et aussitôt je l’oublie). J’envisage de contrevenir au protocole (mais je ne vais pas au bout de mon idée). Je termine trois paquets de pâtes d’un coup. Je me coupe le pouce. Je casse une assiette en céramique. Je cherche des pansements japonais. Je pirate quelque chose. Je termine Tous les diamants du ciel. J’aimerais que la vie me réchauffe.

200319, version 3 (20 mars 2019)

Je mets pas le nez dehors. J’écris à quelqu’un que c’est le stress absolu, bon courage. J’oublie que je dois respecter des quotas pour l’écran. J’ouvre un paquet de thé gingembre citron vert. Je me dis que dans ce texte que je lis le présent est plombant. Je reconnais à Tartelette des qualités de persévérance (ou d’inconscience, c’est selon). J’écris que ça je le ferai demain, ça je le ferai d’ici la fin de la semaine, ça s’appelle donc procrastiner je pense. Je me prononce sur la question des surremises. Je cherche frénétiquement quelque chose dans un tiroir qui ne veut pas s’ouvrir. Je trie les médicaments périmés. Je passe d’une machine à une autre pour pouvoir lire un texte avec une police qui fait la liaison entre les s et les t (j’ignore quel nom ça prend). Je cherche comment on dit tête-bêche en anglais (et aussitôt je l’oublie). J’envisage de contrevenir au protocole (mais je ne vais pas au bout de mon idée). Je termine trois paquets de pâtes d’un coup. Je me coupe le pouce. Je casse une assiette en céramique. Je cherche des pansements japonais. Je pirate quelque chose. J’aimerais que la vie me réchauffe.

200319, version 2 (20 mars 2019)

Je mets pas le nez dehors. J’écris à quelqu’un que c’est le stress absolu, bon courage. J’oublie que je dois respecter des quotas pour l’écran. J’ouvre un paquet de thé gingembre citron vert. Je me dis que dans ce texte que je lis le présent est plombant. Je reconnais à Tartelette des qualités de persévérance (ou d’inconscience, c’est selon). J’écris que ça je le ferai demain, ça je le ferai d’ici la fin de la semaine, ça s’appelle donc procrastiner je pense. Je me prononce sur la question des surremises. Je cherche frénétiquement quelque chose dans un tiroir qui ne veut pas s’ouvrir. Je trie les médicaments périmés. Je passe d’une machine à une autre pour pouvoir lire un texte avec une police qui fait la liaison entre les s et les t (j’ignore quel nom ça prend). Je cherche comment on dit tête-bêche en anglais (et aussitôt je l’oublie). J’envisage de contrevenir au protocole (mais je ne vais pas au bout de mon idée). Je pirate quelque chose. J’aimerais que la vie me réchauffe.
Guillaume Vissac

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |