280418


Réveillé par un livreur d’Hachette, pourquoi est-ce qu’ils livrent le samedi ? Derrière aller chercher trois fenouils à Auchan c’est la déprime absolue. Tous les stores sont tirés. Quelqu’un a déposé devant la porte une boite en métal de cartes Pokémon et vide. Elle est vide. Non, pas vide, il y a une pièce de 10 centimes dedans. Ça fait le bruit que ça fait quand c’en est à remuer. C’est un message ? Je dois comprendre quoi ? Mon bureau est un champ de ruine, il y a des livres partout et des feuilles volantes, des câbles, des stylos, des objects technologiques divers, et tout est en métal et froid. Les Métamorphoses : Elles errent, exsangues, sans corps ni os, les ombres. Gabrielle Wittkop : Kebun Raya absorbe tout, digère tout, se métamorphose en soi-même. J’y ai vu des lis inquiétants, de monstrueux calices et même l’orchidée noire, reine maudite des jungles. Je lis (hérésie) un manuscrit papier qu’on nous a envoyé comme ça, imprimé et relié et tout. J’aimerais lire Daniel Sada mais j’ai atteint une forme de quota. J’ai mal au dos ou, comme on le trouvera dans Ulysse quelque part, j’ai une douleur. À la place, c’est des chiens ce que je le lis. Et travailler sur les extraits de citation de Dylan pour T. qu’il faudrait idéalement que lui rendre bientôt. Eff sur Sleep : 609 mots d’une écume bleue. Il faut que je décroche l’écran, là. J’ai passé beaucoup trop de temps à relire le Morphine(s) 05, à oraliser la narration, à foutre des doubles-sujets partout (que je vais sans doute m’empresser de supprimer demain) comme si ça pouvait changer quoi que ce soit. Peut-être que si. J’ai même mis ken. Je sais que ça va sauter, on est loin dans l’avenir, personne ne dit plus ken je suis sûr. Non, en réalité j’ai putain de mal au dos depuis ce matin et je chercherai dans Urgences la réponse à quelque chose (mais quoi ?), c’est les deux épisodes sur la variole. Il se trouve qu’on s’inquiète pour moi. Une journée d’Ivan Denissovitch [1] :


— Il est sûrement midi, affirme Choukhov, le soleil est au plus haut.
— S’il est au plus haut, intervient le capitaine, alors il n’est pas midi, il est une heure.
— Pourquoi ça ? fait Choukhov, stupéfait ; tous les vieux savent bien que le soleil est au plus haut à l’heure du déjeuner.
— Les vieux peut-être bien, coupe le capitaine. Mais depuis ce temps-là, il y a eu un décret et le soleil est au plus haut quand il est une heure.
— Et c’est un décret de qui ?
— Du pouvoir soviétique.
28 mai 2018
par Guillaume Vissac
Journal
#Alexandre Soljenitsyne #Bob Dylan #Corps #Daniel Sada #Gabrielle Wittkop #Marie Cosnay #Max Richter #Ovide #Publie.net #T. #Urgences

[1P. 84-85 de l’édition 10/18 de 1972, traduit par Léon et Andrée Robel et Maurice Decaillot.

<  -  >

Partager

Révisions

11 révisions

280418, version 12 (28 mai 2018)

Réveillé par un livreur d’Hachette, pourquoi est-ce qu’ils livrent le samedi ? Derrière aller chercher trois fenouils à Auchan c’est la déprime absolue. Tous les stores sont tirés. Quelqu’un a déposé devant la porte une boite en métal de cartes Pokémon et vide. Elle est vide. Non, pas vide, il y a une pièce de 10 centimes dedans. Ça fait le bruit que ça fait quand c’en est à remuer. C’est un message ? Je dois comprendre quoi ? Mon bureau est un champ de ruine, il y a des livres partout et des feuilles volantes, des câbles, des stylos, des objects technologiques divers, et tout est en métal et froid. [Les Métamorphoses->http://www.editionsdelogre.fr/books/view/-Publius-Ovidius-Naso—Ovide-Les-Metamorphoses] Les Métamorphoses : Elles errent, exsangues, sans corps ni os, les ombres. [Gabrielle Wittkop->http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Verticales/Verticales/Carnets-d-Asie] Gabrielle Wittkop : Kebun Raya absorbe tout, digère tout, se métamorphose en soi-même. J’y ai vu des lis inquiétants, de monstrueux calices et même l’orchidée noire, reine maudite des jungles. Je lis (hérésie) un manuscrit papier qu’on nous a envoyé comme ça, imprimé et relié et tout. J’aimerais lire Daniel Sada mais j’ai atteint une forme de quota. J’ai mal au dos ou, comme on le trouvera dans [Ulysse->http://www . Ulysse quelque part , j’ai une douleur . fuirestunepulsion.net/ulysse/] quelque part, j’ai une douleur. À la place, c’est des chiens ce que je le lis. Et travailler sur les extraits de citation de Dylan pour [T T .->mot346] qu’il faudrait idéalement que je lui rendre rende bientôt. Eff sur Sleep : 609 mots d’une écume bleue. Il faut que je décroche l’écran, là. J’ai passé beaucoup trop de temps à relire le Morphine(s) 05, à oraliser la narration, à foutre des doubles-sujets partout (que je vais sans doute m’empresser de supprimer demain) comme si ça pouvait changer quoi que ce soit. Peut-être que si. J’ai même mis ken. Je sais que ça va sauter, on est loin dans l’avenir, personne ne dit plus ken je suis sûr. J’ai putain de mal au dos depuis ce matin, sans doute que c’est lié au réveil soudain, non en fait j’en sais rien. Non , en réalité j’ai putain de mal au dos depuis ce matin et je chercherai J’ai cherché dans Urgences la réponse à quelque chose (mais quoi ?), c’est les deux épisodes sur la variole. Il se trouve qu’on s’inquiète pour moi. Une journée d’Ivan Denissovitch [1] :

[1P. 84-85 de l’édition 10/18 de 1972, traduit par Léon et Andrée Robel et Maurice Decaillot.

Publie.net, Corps, Daniel Sada, Urgences, Bob Dylan, Ovide, T., Marie Cosnay, Max Richter, Alexandre Soljenitsyne, Gabrielle Wittkop

280418, version 11 (27 mai 2018)

Réveillé par un livreur d’Hachette, pourquoi est-ce qu’ils livrent le samedi ? Derrière aller chercher trois fenouils à Auchan c’est la déprime absolue. Tous les stores ils sont tirés. Quelqu’un a déposé devant la porte une boite en métal de cartes Pokémon et vide. Elle est vide. Non, pas vide, il y a une pièce de 10 centimes dedans. Ça fait le bruit que ça fait quand c’en est à remuer. C’est un message ? Je dois comprendre quoi ? Mon bureau est un champ de ruine, il y a des livres partout et des feuilles volantes, des câbles, des stylos, des objects technologiques divers, et tout est en métal et froid. Les Métamorphoses : Elles errent, exsangues, sans corps ni os, les ombres. Gabrielle Wittkop : Kebun Raya absorbe tout, digère tout, se métamorphose en soi-même. J’y ai vu des lis inquiétants, de monstrueux calices et même l’orchidée noire, reine maudite des jungles. Je lis (hérésie) un manuscrit papier qu’on nous a envoyé comme ça, imprimé et relié et tout. J’aimerais lire Daniel Sada mais j’ai atteint une forme de quota. J’ai mal au dos ou, comme on le trouvera dans Ulysse quelque part, j’ai une douleur. À la place, c’est des chiens ce que je le lis. Et travailler sur les extraits de citation de Dylan pour T. qu’il faudrait idéalement que je lui rende bientôt. Eff sur Sleep : 609 mots d’une écume bleue. Il faut que je décroche l’écran, là. J’ai passé beaucoup trop de temps à relire le Morphine(s) 05, à oraliser la narration, à foutre des doubles-sujets partout (que je vais sans doute m’empresser de supprimer demain) comme si ça pouvait changer quoi que ce soit. Peut-être que si. J’ai même mis ken. Je sais que ça va sauter, on est loin dans l’avenir, personne ne dit plus ken je suis sûr. J’ai putain de mal au dos depuis ce matin, sans doute que c’est lié au réveil soudain, non en fait j’en sais rien. J’ai cherché dans Urgences la réponse à quelque chose (mais quoi ?), c’est les deux épisodes sur la variole. Il se trouve qu’on s’inquiète pour moi. Une journée d’Ivan Denissovitch [2] :

[2P. 84-85 de l’édition 10/18 de 1972, traduit par Léon et Andrée Robel et Maurice Decaillot.

280418, version 10 (26 mai 2018)

Réveillé par un livreur d’Hachette, pourquoi est-ce qu’ils livrent le samedi ? Derrière aller chercher trois fenouils à Auchan c’est la déprime absolue. Tous les stores ils sont tirés. Quelqu’un a déposé devant la porte une boite en métal de cartes Pokémon et vide. Elle est vide. Non, pas vide, il y a une pièce de 10 centimes dedans. Ça fait le bruit que ça fait quand c’en est à remuer. C’est un message ? Je dois comprendre quoi ? Mon bureau est un champ de ruine, il y a des livres partout et des feuilles volantes, des câbles, des stylos, des objects technologiques divers, et tout est en métal et froid. Les Métamorphoses : Elles errent, exsangues, sans corps ni os, les ombres. Gabrielle Wittkop : Kebun Raya absorbe tout, digère tout, se métamorphose en soi-même. J’y ai vu des lis inquiétants, de monstrueux calices et même l’orchidée noire, reine maudite des jungles. Je lis (hérésie) un manuscrit papier qu’on nous a envoyé comme ça, imprimé et relié et tout. J’aimerais lire Daniel Sada mais j’ai atteint une forme de quota. J’ai mal au dos ou, comme on le trouvera dans Ulysse quelque part, j’ai une douleur. À la place, c’est des chiens ce que je le lis. Et travailler sur les extraits de citation de Dylan pour T. qu’il faudrait idéalement que je lui rende bientôt. Eff sur Sleep : 609 mots d’une écume bleue. Il faut que je décroche l’écran, là. J’ai passé beaucoup trop de temps à relire le Morphine(s) 05, à oraliser la narration, à foutre des doubles-sujets partout (que je vais sans doute m’empresser de supprimer demain) comme si ça pouvait changer quoi que ce soit. Peut-être que si. J’ai même mis ken. Je sais que ça va sauter, on est loin dans l’avenir, personne ne dit plus ken je suis sûr. J’ai putain de mal au dos depuis ce matin, sans doute que c’est lié au réveil soudain, non en fait j’en sais rien. J’ai cherché dans Urgences la réponse à quelque chose (mais quoi ?), c’est les deux épisodes sur la variole. Il se trouve qu’on s’inquiète pour moi. Une journée d’Ivan Denissovitch [3] :

[3P. 84-85 de l’édition 10/18 de 1972, traduit par Léon et Andrée Robel et Maurice Decaillot.

280418, version 9 (19 mai 2018)

Réveillé par un livreur d’Hachette, pourquoi est-ce qu’ils livrent le samedi ? Derrière aller chercher trois fenouils à Auchan c’est la déprime absolue. Tous les stores ils sont tirés. Quelqu’un a déposé devant la porte une boite en métal de cartes Pokémon et vide. Elle est vide. Non, pas vide, il y a une pièce de 10 centimes dedans. C’est un message ? Je dois comprendre quoi ? Mon bureau est un champ de ruine, il y a des livres partout et des feuilles volantes, des câbles, des stylos, des objects technologiques divers, et tout est en métal et froid. Les Métamorphoses : Elles errent, exsangues, sans corps ni os, les ombres. Gabrielle Wittkop : Kebun Raya absorbe tout, digère tout, se métamorphose en soi-même. J’y ai vu des lis inquiétants, de monstrueux calices et même l’orchidée noire, reine maudite des jungles. Je lis (hérésie) un manuscrit papier qu’on nous a envoyé comme ça, imprimé et relié et tout. J’aimerais lire Daniel Sada mais j’ai atteint une forme de quota. J’ai mal au dos ou, comme on le trouvera dans Ulysse quelque part, j’ai une douleur. À la place, c’est des chiens ce que je le lis. Et travailler sur les extraits de citation de Dylan pour T. qu’il faudrait idéalement que je lui rende bientôt. Eff sur Sleep : 609 mots d’une écume bleue. Il faut que je décroche l’écran, là. J’ai passé beaucoup trop de temps à relire le Morphine(s) 05, à oraliser la narration, à foutre des doubles-sujets partout (que je vais sans doute m’empresser de supprimer demain) comme si ça pouvait changer quoi que ce soit. Peut-être que si. J’ai même mis ken. Je sais que ça va sauter, on est loin dans l’avenir, personne ne dit plus ken je suis sûr. J’ai putain de mal au dos depuis ce matin, sans doute que c’est lié au réveil soudain, non en fait j’en sais rien. J’ai cherché dans Urgences la réponse à quelque chose (mais quoi ?), c’est les deux épisodes sur la variole. Il se trouve qu’on s’inquiète pour moi. Une journée d’Ivan Denissovitch [4] :

[4P. 84-85 de l’édition 10/18 de 1972 1963 , traduit par Léon et Andrée Robel et Maurice Decaillot.

280418, version 8 (29 avril 2018)

Réveillé par un livreur d’Hachette, pourquoi est-ce qu’ils livrent le samedi ? Derrière aller chercher trois fenouils à Auchan c’est la déprime absolue. Tous les stores ils sont tirés. Quelqu’un a déposé devant la porte une boite en métal de cartes Pokémon vide. Non, pas vide, il y a une pièce de 10 centimes dedans. C’est un message ? Je dois comprendre quoi ? Mon bureau est un champ de ruine, il y a des livres partout et des feuilles volantes, des câbles, des stylos, des objects technologiques divers, et tout est en métal et froid. Les Métamorphoses : Elles errent, exsangues, sans corps ni os, les ombres. Gabrielle Wittkop : Kebun Raya absorbe tout, digère tout, se métamorphose en soi-même. J’y ai vu des lis inquiétants, de monstrueux calices et même l’orchidée noire, reine maudite des jungles. Je lis (hérésie) un manuscrit papier qu’on nous a envoyé comme ça, imprimé et relié et tout. J’aimerais lire Daniel Sada mais j’ai atteint une forme de quota. J’ai mal au dos ou, comme on le trouvera dans Ulysse quelque part, j’ai une douleur. À la place, c’est des chiens ce que je le lis. Et travailler sur les extraits de citation de Dylan pour T. qu’il faudrait idéalement que je lui rende bientôt. Eff sur Sleep : 609 mots d’une écume bleue. Il faut que je décroche l’écran, là. J’ai passé beaucoup trop de temps à relire le Morphine(s) 05, à oraliser la narration, à foutre des doubles-sujets partout (que je vais sans doute m’empresser de supprimer demain) comme si ça pouvait changer quoi que ce soit. Peut-être que si. J’ai même mis ken. Je sais que ça va sauter, on est loin dans l’avenir, personne ne dit plus ken je suis sûr. J’ai putain de mal au dos depuis ce matin, sans doute que c’est lié au réveil soudain, non en fait j’en sais rien. J’ai cherché dans Urgences la réponse à quelque chose (mais quoi ?), c’est les deux épisodes sur la variole. Il se trouve qu’on s’inquiète pour moi. Une journée d’Ivan Denissovitch [5]  :

[5P. 84-85 de l’édition 10/18 de 1963, traduit par Léon et Andrée Robel et Maurice Decaillot.

280418, version 7 (28 avril 2018)

Réveillé par un livreur d’Hachette, pourquoi est-ce qu’ils livrent le samedi ? Derrière aller chercher trois fenouils à Auchan c’est la déprime absolue. Tous les stores ils sont tirés. Quelqu’un a déposé devant la porte une boite en métal de cartes Pokémon vide. Non, pas vide, il y a une pièce de 10 centimes dedans. C’est un message ? Je dois comprendre quoi ? Mon bureau est un champ de ruine, il y a des livres partout et des feuilles volantes, des câbles, des stylos, des objects technologiques divers, et tout est en métal et froid. Les Métamorphoses : Elles errent, exsangues, sans corps ni os, les ombres. Je lis (hérésie) un manuscrit papier qu’on nous a envoyé comme ça, imprimé et relié et tout. J’aimerais lire Daniel Sada mais j’ai atteint une forme de quota. J’ai mal au dos ou, comme on le trouvera dans Ulysse quelque part, j’ai une douleur. À la place, c’est des chiens ce que je le lis. Et travailler sur les extraits de citation de Dylan pour T. qu’il faudrait idéalement que je lui rende bientôt. Eff sur Sleep : 609 mots d’une écume bleue. Il faut que je décroche l’écran, là. J’ai passé beaucoup trop de temps à relire le Morphine(s) 05, à oraliser la narration, à foutre des doubles-sujets partout (que je vais sans doute m’empresser de supprimer demain) comme si ça pouvait changer quoi que ce soit. Peut-être que si. J’ai même mis ken. Je sais que ça va sauter, on est loin dans l’avenir, personne ne dit plus ken je suis sûr. J’ai putain de mal au dos depuis ce matin, sans doute que c’est lié au réveil soudain, non en fait j’en sais rien. J’ai cherché dans Urgences la réponse à quelque chose (mais quoi ?), c’est les deux épisodes sur la variole. Il se trouve qu’[on->http://fuirestunepulsion.net/spip.php?article3981#forum1356] s’inquiète pour moi. Une journée d’Ivan Denissovitch [6]

[6P. 84-85 de l’édition 10/18 de 1963, traduit par Léon et Andrée Robel et Maurice Decaillot.

280418, version 6 (28 avril 2018)

Réveillé par un livreur d’Hachette, pourquoi est-ce qu’ils livrent le samedi ? Derrière aller chercher trois fenouils à Auchan c’est la déprime absolue. Tous les stores ils sont tirés. Quelqu’un a déposé devant la porte une boite en métal de cartes Pokémon vide. Non, pas vide, il y a une pièce de 10 centimes dedans. C’est un message ? Je dois comprendre quoi ? Mon bureau est un champ de ruine, il y a des livres partout et des feuilles volantes, des câbles, des stylos, des objects technologiques divers, et tout est en métal et froid. Les Métamorphoses : Elles errent, exsangues, sans corps ni os, les ombres. Je lis (hérésie) un manuscrit papier qu’on nous a envoyé comme ça, imprimé et relié et tout. J’aimerais lire Daniel Sada mais j’ai atteint une forme de quota. J’ai mal au dos ou, comme on le trouvera dans Ulysse quelque part, j’ai une douleur. À la place, c’est des chiens ce que je le lis. Et travailler sur les extraits de citation de Dylan pour T. qu’il faudrait idéalement que je lui rende bientôt. Eff sur Sleep : 609 mots d’une écume bleue. Il faut que je décroche l’écran, là. J’ai passé beaucoup trop de temps à relire le Morphine(s) 05, à oraliser la narration, à foutre des doubles-sujets partout (que je vais sans doute m’empresser de supprimer demain) comme si ça pouvait changer quoi que ce soit. Peut-être que si. J’ai même mis ken. Je sais que ça va sauter, on est loin dans l’avenir, personne ne dit plus ken je suis sûr.

280418, version 5 (28 avril 2018)

Réveillé par un livreur d’Hachette, pourquoi est-ce qu’ils livrent le samedi ? Derrière aller chercher trois fenouils à Auchan c’est la déprime absolue. Tous les stores ils sont tirés. Quelqu’un a déposé devant la porte une boite en métal de cartes Pokémon vide. Non, pas vide, il y a une pièce de 10 centimes dedans. C’est un message ? Je dois comprendre quoi ? Mon bureau est un champ de ruine, il y a des livres partout et des feuilles volantes, des câbles, des stylos, des objects technologiques divers, et tout est en métal et froid. Les Métamorphoses : Elles errent, exsangues, sans corps ni os, les ombres. Je lis (hérésie) un manuscrit papier qu’on nous a envoyé comme ça, imprimé et relié et tout. J’aimerais lire Daniel Sada mais j’ai atteint une forme de quota. J’ai mal au dos ou, comme on le trouvera dans Ulysse quelque part, j’ai une douleur. À la place, c’est des chiens ce que je le lis. Et travailler sur les extraits de citation de Dylan pour T. qu’il faudrait idéalement que je lui rende bientôt. Eff sur Sleep : 609 mots d’une écume bleue.

280418, version 4 (28 avril 2018)

Réveillé par un livreur d’Hachette, pourquoi est-ce qu’ils livrent le samedi ? Derrière aller chercher trois fenouils à Auchan c’est la déprime absolue. Tous les stores ils sont tirés. Quelqu’un a déposé devant la porte une boite en métal de cartes Pokémon vide. Non, pas vide, il y a une pièce de 10 centimes dedans. C’est un message ? Je dois comprendre quoi ? Mon bureau est un champ de ruine, il y a des livres partout et des feuilles volantes, des câbles, des stylos, des objects technologiques divers, et tout est en métal et froid. Les Métamorphoses : Elles errent, exsangues, sans corps ni os, les ombres. Je lis (hérésie) un manuscrit papier qu’on nous a envoyé comme ça, imprimé et relié et tout. J’aimerais lire Daniel Sada mais j’ai atteint une forme de quota. J’ai mal au dos ou, comme on le trouvera dans Ulysse quelque part, j’ai une douleur. À la place, c’est des chiens ce que je le lis. Et travailler sur les extraits de citation de Dylan pour T. qu’il faudrait idéalement que je lui rende bientôt.

280418, version 3 (28 avril 2018)

Réveillé par un livreur d’Hachette, pourquoi est-ce qu’ils livrent le samedi ? Derrière aller chercher trois fenouils à Auchan c’est la déprime absolue. Tous les stores ils sont tirés. Quelqu’un a déposé devant la porte une boite en métal de cartes Pokémon vide. Non, pas vide, il y a une pièce de 10 centimes dedans. C’est un message ? Je dois comprendre quoi ? Mon bureau est un champ de ruine, il y a des livres partout et des feuilles volantes, des câbles, des stylos, des objects technologiques divers, et tout est en métal et froid. Les Métamorphoses : Elles errent, exsangues, sans corps ni os, les ombres. Je lis (hérésie) un manuscrit papier qu’on nous a envoyé comme ça, imprimé et relié et tout.

0 | 10 | Tout afficher

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |