150619


H. va chercher Poulpir à la clinique vétérinaire de Maisons Alfort et voilà encore un truc qui va coûter un bras. L’opération s’est bien passée, c’est tout ce qui importe, et cette expresson (coûter un bras) est erronée. D’ailleurs ça vaut combien, un bras ? Ça te coûte quoi quand t’as besoin d’un bras ? Par exemple, le mec de Coup de tête (qui a eu à une époque un nom, et puis finalement plus), combien devrait-il payer s’il devait se procurer une prothèse de main, ou d’avant-bras ? On peut supposer qu’il ne paierait pas seul. La sécu couvrirait ça (en réalité, je n’en sais rien). Ça n’a aucune importance et Poulpir est très mécontente, enlaidie puisqu’ils lui ont rasé la moitié de la tête jusqu’à l’œil (et ça prendra des mois à repousser, misère). H. me parle d’un collège à Marseille construit sous une autoroute et près d’une décharge sauvage. Un lieu idéal à envisager pour Transoxiane. Mais Misère Balkaï est-elle du genre à s’exiler, ne serait-ce que pour un épisode ? Je pense également qu’elle se foutrait pas mal de la Coupe du monde de football féminine, qui se déroule en ce moment, et à laquelle je n’a prêté aucune attention (mais c’est également le cas du Giro, sans même parler de la finale de la Ligue des Champions masculine). Interdit vis à vis de commentaires ici et là qui disent, le football féminin, finalement, c’est bien mieux que le foot masculin, car il est débarrassé du vice que l’on retrouve systématiquement dans le foot professionnel chez les hommes ; et ça ressemble quand même beaucoup à une défaite de la pensée, cette histoire. Pourquoi faudrait-il nécessairement mettre en concurrence les uns avec les autres ? N’est-ce précisément le piège que nous tend en toute circonstance notre époque qui, elle, viciée, l’est ? C’est comme ce message posté sur un réseau social quelque part, un baiser entre deux hommes pendant « Koh Lanta », c’est bien pour la visibilité. Comment ça, la visibilité ? Ça veut dire que pour gagner en visibilité, il faut placer des produits de nous-mêmes en prime time et/ou dans des émissions grand public ? Qu’il faut apparaître sur des publicités en quatre par trois sur les murs de nos villes pour faire la promotion, la promotion de quoi d’ailleurs ? C’est du langage marketing, ça, et ça n’a rien à voir avec des luttes qui, elles, sont pertinentes. Quand est-ce qu’on est tombé là-dedans ? Et qu’on s’est fait avoir ? Mais moi, je me suis mis en vacances du football à peu près au même moment que les joueurs du PSG : quelque part en janvier. C’est-à-peine si j’ai esquissé un sourire devant l’annonce du retour de Leonardo comme directeur sportif, alors même que, bon, Leonardo, c’était quand même mon idole étant jeune. Mon frère avait Ľubomír Moravčík, moi j’avais Leonardo. Chacun son truc. Il fait un temps splendide pour retrouver les parents d’H. au cul de Notre Dame, une Notre Dame bunkerisée depuis des semaines et l’incendie que l’on sait. Il y a quelques grammes d’ombre sur le sol et c’est là qu’on attend. H. : j’aime bien me balader en ville avec toi, ça a un petit côté Entretien avec un vampire. C’est le cas. Marchant, j’ai comme Eff dans le sang, j’essaye de trouver une solution à mes dilemmes. Je pourrais tout aussi bien tout passer en narration à la troisième personne avec, parfois, quelques moments au discours direct, comme des bribes de messages enregistrés par les personnages du livre mais alors, je ne ferai que faire ce que je fais déjà dans Grieg. Est-ce grave ? Disons que c’est préoccupant, qui est un mot que j’utilise beaucoup ces temps-ci. J’avais besoin de deux choses pour me remettre dans ce texte : l’expression « supraconductivité électrique », de Rick Bass au sujet de Gordon Lish, et dont Franck Queyraud m’a fait cadeau sans le savoir, alors même que je tourne autour depuis des années ; et lire le manuscrit d’Antonin. J’avais donc besoin, en définitive, du hasard et de la langue d’autrui. Là, on va manger des trucs disparates chez Florence Kahn, on déambule, on fait les touristes, on passera à un moment dans de l’ombre, on monte voir le studio loué par les parents d’H., en haut d’un bâtiment type poutres apparentes. Qu’est-ce qu’on donnerait pour vivre dans un espace aussi réduit, n’avoir rien d’autres que deux trois t-shirts, deux trois livres, un ordi, de quoi manger pour chaque jour, deux pantalons, etc.

<  -  >

Partager

Révisions

5 révisions

150619, version 6 (13 juillet 2019)

H. va chercher Poulpir à la clinique vétérinaire de Maisons Alfort et voilà encore un truc qui va coûter un bras. L’opération L’opération s’est bien passée, c’est tout ce qui importe, et cette expresson (coûter un bras) est erronée. D’ailleurs ça vaut combien, un bras ? Ça te coûte quoi quand t’as besoin d’un bras ? Par exemple, le mec de Coup de tête (qui a eu à une époque un nom, et puis finalement plus), combien devrait-il payer s’il devait se procurer une prothèse de main, ou d’avant-bras ? On peut supposer qu’il ne paierait pas seul. La sécu couvrirait ça (en réalité réalié , je n’en sais rien). Ça n’a aucune importance et Poulpir est très mécontente, enlaidie puisqu’ils lui ont rasé la moitié de la tête jusqu’à l’œil (et ça prendra des mois à repousser, misère). H. me parle d’un collège à Marseille construit sous une autoroute et près d’une décharge sauvage. Un lieu idéal à envisager pour Transoxiane. Mais Misère Balkaï est-elle du genre à s’exiler, ne serait-ce que pour un épisode ? Je pense également qu’elle se foutrait pas mal de la Coupe du monde de football féminine, qui se déroule en ce moment, et à laquelle je n’a prêté aucune attention (mais c’est également le cas du Giro, sans même parler de la finale de la Ligue des Champions masculine). Interdit vis à vis de commentaires ici et là qui disent, le football féminin, finalement, c’est bien mieux que le foot masculin, car il est débarrassé du vice que l’on retrouve systématiquement dans le foot professionnel chez les hommes ; et ça ressemble quand même beaucoup à une défaite de la pensée, cette histoire. Pourquoi faudrait-il nécessairement mettre en concurrence les uns avec les autres tout un chacun ? N’est-ce précisément le piège que nous tend en toute circonstance notre époque qui , elle , viciée , l’est présente ? C’est comme ce message posté sur un réseau social quelque part, un baiser entre deux hommes pendant «  Koh Lanta », , c’est bien pour la visibilité. Comment ça, la visibilité ? Ça veut dire que pour gagner en visibilité, il faut placer des produits de nous-mêmes en prime time et/ou dans des émissions grand public ? Qu’il faut apparaître sur des publicités en quatre par trois sur les murs de nos villes pour faire la promotion, la promotion de quoi d’ailleurs ? C’est du langage marketing, ça, et ça n’a rien à voir avec des luttes qui, elles, sont pertinentes. Quand est-ce qu’on est tombé là-dedans ? Et qu’on s’est fait avoir ? Mais moi, je me suis mis en vacances du football à peu près au même moment que les joueurs du PSG : quelque part en janvier. C’est-à-peine si j’ai esquissé un sourire devant l’annonce du retour de Leonardo comme directeur sportif, alors même que, bon, Leonardo, c’était quand même mon idole étant jeune. Mon frère avait Ľubomír Moravčík, moi j’avais Leonardo. Chacun son truc. Il fait un temps splendide pour retrouver les parents d’H. au cul de Notre Dame, une Notre Dame bunkerisée depuis des semaines et l’incendie que l’on sait. Il y a quelques grammes d’ombre sur le sol et c’est là qu’on attend. H. : j’aime bien me balader en ville avec toi, ça a un petit côté Entretien avec un vampire. C’est le cas. Marchant, j’ai comme Eff dans le sang, j’essaye de trouver une solution à mes dilemmes. Je pourrais tout aussi bien tout passer en narration à la troisième personne avec, parfois, quelques moments au discours direct, comme des bribes de messages enregistrés par les personnages du livre mais alors, je ne ferai que faire ce que je fais déjà dans Grieg. Est-ce grave ? Disons que c’est préoccupant, qui est un mot que j’utilise beaucoup ces temps-ci . . J’avais besoin de deux choses pour me remettre dans ce texte : l’expression « supraconductivité électrique », de Rick Bass au sujet de Gordon Lish, et dont Franck Queyraud m’a fait cadeau sans le savoir, alors même que je tourne autour depuis des années ; et lire le manuscrit d’Antonin. J’avais donc besoin, en définitive, du hasard et de la langue d’autrui. Là, on va manger des trucs disparates chez Florence Kahn, on déambule, on fait les touristes, on passera à un moment dans de l’ombre, on monte voir le studio loué par les parents d’H., en haut d’un bâtiment type poutres apparentes. Qu’est-ce qu’on donnerait pour vivre dans un espace aussi réduit, n’avoir rien d’autres que deux trois t-shirts, deux trois livres, un ordi, de quoi manger pour chaque jour, deux pantalons, etc.

150619, version 5 (7 juillet 2019)

Coup de tête, Amputation, Paris, Homosexualité, H., Lapins, Football, Gordon Lish, Vélo, Transoxiane, Rick Bass, Franck Queyraud, L’effervescence, Anne Rice
[H H .->mot59] va chercher Poulpir à la clinique vétérinaire de Maisons Alfort et voilà encore un truc qui va coûter un bras. L’opération s’est bien passée, c’est tout ce qui importe, et cette expresson (coûter un bras) est erronée. D’ailleurs ça vaut combien, un bras ? Ça te coûte quoi quand t’as besoin d’un bras ? Par exemple, le mec de [Coup de tête->https://www.publie.net/livre/coup-de-tete-guillaume-vissac/] (qui Par exemple , le mec de Coup de tête ( qui a eu à une époque un nom, et puis finalement plus), combien devrait-il payer s’il devait se procurer une prothèse de main, ou d’avant-brasbionique ? On peut supposer ( espérer ) qu’il ne paierait pas seul. La sécu couvrirait ça (en réalié, je n’en sais rien). Ça n’a aucune importance et Poulpir est très mécontente, enlaidie puisqu’ils lui ont rasé la moitié de la tête jusqu’à l’œil l’oeil (et ça prendra des mois à repousser, misère). [H.->mot59] H. me parle d’un collège à Marseille construit sous une autoroute et près d’une décharge sauvage. Un lieu idéal à envisager pour [Transoxiane->mot645 ]. Transoxiane . Mais Misère Balkaï est-elle du genre à s’exiler, ne serait-ce que pour un épisode ? Je pense également qu’elle se foutrait pas mal de la Coupe coupe du monde de football féminine, qui se déroule en ce moment, et à laquelle je n’a prêté aucune attention (mais c’est également le cas du Giro, sans même parler de la finale de la Ligue des Champions masculine). Interdit Je suis un peu mal à l’aise vis à vis de des commentaires qu’on lit ici et ou , notamment ceux qui disent , se placent sous l’optique de dire ( il s’agit souvent de dire ) que le football féminin, finalement, c’est est bien mieux que le foot masculin, car il est serait débarrassé du vice que l’on retrouve systématiquement dans le foot professionnel chez les hommes ; , et ça ressemble quand même beaucoup à une défaite de la pensée, cette histoire. Pourquoi faudrait-il nécessairement mettre en concurrence tout un chacun ? N’est-ce précisément le piège que nous tend en toute circonstance notre époque présente ? C’est comme ce message posté sur un réseau social quelque part, un baiser entre deux hommes pendant Koh Lanta, c’est bien pour la visibilité. Comment ça, la visibilité ? Ça veut dire que pour gagner en visibilité, il faut placer des produits de nous-mêmes en prime time et/ou ici ou dans des émissions grand public grands publics ? Qu’il Ça veut dire qu’il faut apparaître sur des publicités en quatre par trois sur les murs de nos villes pour faire la promotion, la promotion de quoi d’ailleurs , d’une forme d’identité ? Quand est-ce qu’on est tombé là-dedans ? Et qu’on s’est fait avoir ? Mais moi En ce qui me concerne , je me suis mis en vacances du football à peu près au même moment que les joueurs du PSG : quelque part en janvier. C’est-à-peine si j’ai esquissé un sourire devant sourir en voyant l’annonce du retour de Leonardo comme directeur sportif, alors même que, bon, Leonardo, c’était quand même mon idole étant jeune. Mon frère avait Ľubomír Moravčík Lubomir Moravcik , moi j’avais Leonardo. Chacun son truc. Il fait un temps splendide pour retrouver dans le Marais nous faisons du tourisme avec les parents d’[H d’H .->mot59] retrouvés au cul de Notre Dame, une Notre Dame bunkerisée depuis des semaines et l’incendie que l’on sait. Il y a quelques grammes d’ombre sur le sol et c’est là qu’on attend. [H.->mot59] H.  : j’aime bien me balader en ville avec toi, ça a un petit côté Entretien avec un vampire. C’est le cas. Marchant, j’ai comme je pense aussi à Eff dans le sang , j’essaye de trouver une solution à [mes dilemmes->article4451 ]. mes dilemmes . Je pourrais tout aussi bien tout passer en narration à la troisième personne avec, parfois, quelques moments au discours direct, comme des bribes de messages enregistrés par les personnages du livre mais alors, je ne ferai que faire ce que je fais déjà dans [Grieg->article2628 ]. Grieg , non  ? Est-ce grave ? Disons que c’est préoccupant. J’avais besoin de deux choses pour me m’y remettre dans ce texte , sans bien sûr le savoir : l’expression «  supraconductivité " hyper conductivité électrique », ", de Rick Bass au sujet de Gordon Lish, [et dont et donc Franck Queyraud m’a fait cadeau sans le savoir->article4437] savoir , alors même que c’est un truc autour de quoi je tourne depuis mais des années ( j’avais fait en son temps , sur l’ancien blog , un genre d’exercice d’écriture minimaliste pour voir jusqu’à quel os je pouvais aller ). Ça donc , alors même que je tourne autour depuis des années  ; et lire le manuscrit d’[Antonin->https://textes d’Antonin .antonincrenn.com]. J’avais donc besoin, en définitive on peut le dire , du hasard et de la langue d’autrui. Là, on va manger des trucs disparates chez Florence Kahn, ( vérifier ), on déambule, on fait les touristes, on passera à un moment dans par de l’ombre, on monte voir le studio l’air bnb loué par les parents d’[H d’H .->mot59], en haut d’un bâtiment type poutres apparentes, minuscule . Qu’est-ce qu’on donnerait pour vivre dans un espace aussi réduit, n’avoir rien d’autres que deux trois t-shirts, deux trois livres, un ordi, de quoi manger pour chaque jour, deux pantalons, etc.On rentrera en longeant la Seine et à pied, ce qui est bien, jusqu’au jardin de Bercy qui organise un genre de parcours d’initiation aux abeilles pour les enfants (ou le contraire, je ne sais pas, le marketing n’est pas très clair là-dessus).
jpg/dsc_1750.jpg

150619, version 4 (6 juillet 2019)

H. va chercher Poulpir à la clinique vétérinaire de Maisons Alfort et voilà encore un truc qui va coûter un bras. L’opération s’est bien passée, c’est tout ce qui importe, et cette expresson (coûter un bras) est erronée. D’ailleurs ça vaut combien, un bras ? Ça te coûte quoi quand t’as besoin d’un bras ? Par exemple, le mec de Coup de tête (qui a eu à une époque un nom, et puis finalement plus), combien devrait-il payer s’il devait se procurer une prothèse de main, ou d’avant-bras bionique ? On peut supposer (espérer) qu’il ne paierait pas seul. La sécu couvrirait ça (en réalié, je n’en sais rien). Ça n’a au fond aucune importance , et Poulpir est très mécontente, très laide , enlaidie puisqu’ils lui ont rasé la moitié de la tête jusqu’à l’oeil (et ça prendra des mois à repousser, misère). H. me parle d’un collège à Marseille construit sous une autoroute et près d’une décharge sauvage. Un lieu idéal à envisager pour Transoxiane. Mais Même si j’ignore si Misère Balkaï est-elle est du genre à s’exiler, ne serait-ce que pour un épisode ? . Je pense également qu’elle se foutrait pas mal de la coupe coupde du monde de football féminine, qui se déroule en ce moment, et à laquelle je n’a n’ai , faute de temps , prêté pour l’heure aucune attention (mais c’est également le cas du Giro, sans même parler de la finale de la Ligue des Champions masculine). Je suis un peu mal à l’aise vis vis des commentaires qu’on lit ici ou là, notamment ceux qui se placent sous l’optique de dire (il s’agit souvent de dire) que le football féminin, finalement, est bien mieux que le foot masculin, car il serait débarrassé du vice que l’on retrouve systématiquement dans le foot professionnel chez les hommes, et ça ressemble quand même beaucoup à c’est toujours une défaite de la pensée, cette histoire que d’aller sur ce terrain-là . Pourquoi faudrait-il nécessairement mettre se placer sous l’optique de la mise en concurrence tout un chacun des individus les uns avec les autres ? N’est-ce précisément le piège que nous tend en toute circonstance notre époque présente chaque jour le capitalisme à outrance , c’est-à-dire donc l’ultra capitalisme d’aujourd’hui ? N’est-ce oas déjà le piège dans lequel on est tombé en cherchant à obtenir coûte que coûte des droits équivalents à d’autres, il y a quelques années ? Il doit y avoir une autre façon de penser les choses que ça. C’est comme ce message posté sur un réseau social quelque part, un baiser entre deux hommes pendant Koh Lanta, c’est bien pour la visibilité. Comment ça, la visibilité ? Ça veut dire que pour gagner gagner en visibilité, , il faut placer des produits de nous-mêmes en prime time ici ou là dans des émissions grands publics ? Ça veut dire qu’il faut ( et je l’ai souvent lu ici ou ) apparaître sur des publicités en quatre 4 par trois sur les murs de nos villes pour faire la promotion, de quoi , d’une forme d’identité notre identité ? Quand est-ce qu’on est tombé là-dedans ? Et qu’on s’est fait avoir ? En Mais de toute façon , en ce qui me concerne converne , je me suis mis en vacances du football cette année à peu près au même moment que les joueurs du PSG : quelque part en janvier. C’est-à-peine si j’ai esquissé un sourir en voyant l’annonce du retour de Leonardo comme directeur sportif, alors même que, bon, Leonardo, c’était quand même mon idole étant jeune. Mon frère avait Lubomir Moravcik, moi j’avais Leonardo. Chacun son truc. Il fait un temps splendide dans le Marais où nous faisons du tourisme avec les parents d’H. retrouvés au cul de Notre Dame bunkerisée depuis des semaines et l’incendie que l’on sait. Il y a quelques grammes d’ombre sur le sol et c’est là qu’on attend. H. : j’aime j’aime bien me balader en ville avec toi, ça a un petit côté côté Entretien avec un vampire. C’est le cas. Et même si la douleur est absente du moindre de mes pas, je crains d’avoir emmagasiné en moi trop de lumière pour la journée, un peu comme, je ne sais plus, je crois que c’est le Master à in moment dans Doctor Who ou quoi. Vérifier. Marchant, je pense aussi à Eff, j’essaye de trouver une solution à mes dilemmes. Je pourrais tout aussi bien tout passer en narration à la troisième personne avec, parfois, quelques moments au discours direct, comme des bribes de messages enregistrés par les personnages du livre mais alors, je ferai ce que je fais déjà dans Grieg, non ? Je crains que oui. Est-ce grave ? . Disons que c’est préoccupant . préoccupant . J’avais besoin de deux choses , tu sais , pour m’y remettre, sans bien sûr le savoir et je l’ignorais totalement que j’étais dans cette attente : l’expression "hyper conductivité électrique", de Rick Bass au sujet de Gordon Lish, et donc Franck Queyraud m’a fait cadeau sans le savoir, alors même que c’est un truc autour de quoi je tourne depuis mais des années (j’avais fait en son temps, sur l’ancien blog, un genre d’exercice d’écriture minimaliste pour voir jusqu’à quel os je pouvais aller). . Ça donc, et aussi lire Les présents , le manuscrit d’Antonin. J’avais donc besoin, on peut le dire, de la langue d’autruipour nourrir les miennes . Ce n’est pas une coquille bien que jécrire sans rien regarder, rien, c’est la réalité. Les miennes. Pluriel. Là, on va manger des trucs disparates chez Florence Kahn (vérifier), on déambule, on fait les touristes, on passera à un moment par de l’ombre, on monte voir l’air bnb loué par les parents d’H., en haut d’un bâtiment type typique , poutres apparentes, minusculemais superbe . Qu’est-ce qu’on donnerait pour vivre dans un espace aussi réduit, n’avoir rien d’autres que deux trois t-shirts, deux trois livres, un ordi, de quoi manger pour chaque jour, deux pantalons, etc. On rentrera en longeant la Seine et à pied, ce qui est bien, jusqu’au jardin de Bercy qui organise un genre de parcours d’initiation aux abeilles pour les enfants ( ou le contraire , ce qui est sans doute très bien et utile pour les générations futures mais , je ne sais pas franchement , le a-t-on besoin e s’en remettre à une vision toujours aussi marketing n’est pas très clair là-dessus ). de la vie même ( et surtout ) pour ça  ? Je pose ça là.

150619, version 3 (28 juin 2019)

H. va chercher Poulpir à la clinique vétérinaire de Maisons Alfort et voilà encore un truc qui va coûter un bras. L’opération s’est bien passée, c’est tout ce qui importe, et cette expresson (coûter un bras) est erronée. D’ailleurs ça vaut combien, un bras ? Ça te coûte quoi quand t’as besoin d’un bras ? Par exemple, le mec de Coup de tête (qui a eu à une époque un nom, et puis finalement plus), combien devrait-il payer s’il devait se procurer une prothèse de main, ou d’avant-bras bionique ? On peut supposer (espérer) qu’il ne paierait pas seul. La sécu couvrirait ça (en réalié, je n’en sais rien). Ça n’a au fond aucune importance, et Poulpir est très mécontente, très laide, puisqu’ils lui ont rasé la moitié de la tête jusqu’à l’oeil (et ça prendra des mois à repousser, misère). H. me parle d’un collège à Marseille construit sous une autoroute et près d’une décharge sauvage. Un lieu idéal à envisager pour Transoxiane. Même si j’ignore si Misère Balkaï est du genre à s’exiler, ne serait-ce que pour un épisode. Je pense également qu’elle se foutrait pas mal de la coupde du monde de football féminine, qui se déroule en ce moment, et à laquelle je n’ai, faute de temps, prêté pour l’heure aucune attention (mais c’est également le cas du Giro, sans même parler de la finale de la Ligue des Champions masculine). Je suis un peu mal à l’aise vis vis des commentaires qu’on lit ici ou là, notamment ceux qui se placent sous l’optique de dire (il s’agit souvent de dire) que le football féminin, finalement, est bien mieux que le foot masculin, car il serait débarrassé du vice que l’on retrouve systématiquement dans le foot professionnel chez les hommes, et c’est toujours une défaite de la pensée que d’aller sur ce terrain-là. Pourquoi faudrait-il nécessairement se placer sous l’optique de la mise en concurrence des individus les uns avec les autres ? N’est-ce précisément le piège que nous tend chaque jour le capitalisme à outrance, c’est-à-dire donc l’ultra capitalisme d’aujourd’hui ? N’est-ce oas déjà le piège dans lequel on est tombé en cherchant à obtenir coûte que coûte des droits équivalents à d’autres, il y a quelques années ? Il doit y avoir une autre façon de penser les choses que ça. C’est comme ce message posté sur un réseau social quelque part, un baiser entre deux hommes pendant Koh Lanta, c’est bien pour la visibilité. Comment ça, la visibilité ? Ça veut dire que pour gagner en visibilité, il faut placer des produits de nous-mêmes en prime time ici ou là dans des émissions grands publics ? Ça veut dire qu’il faut (et je l’ai souvent lu ici ou là) apparaître sur des publicités en 4 par trois sur les murs de nos villes pour faire la promotion de notre identité ? Quand est-ce qu’on est tombé là-dedans ? Et qu’on s’est fait avoir ? Mais de toute façon, en ce qui me converne, je me suis mis en vacances du football cette année à peu près au même moment que les joueurs du PSG : quelque part en janvier. C’est-à-peine si j’ai esquissé un sourir en voyant l’annonce du retour de Leonardo comme directeur sportif, alors même que, bon, Leonardo, c’était quand même mon idole étant jeune. Mon frère avait Lubomir Moravcik, moi j’avais Leonardo. Chacun son truc. Il fait un temps splendide dans le Marais où nous faisons du tourisme avec les parents d’H. retrouvés au cul de Notre Dame bunkerisée depuis des semaines et l’incendie que l’on sait. Il y a quelques grammes d’ombre sur le sol et c’est là qu’on attend. H. : j’aime bien me balader en ville avec toi, ça a un petit côté Entretien avec un vampire. C’est le cas. Et même si la douleur est absente du moindre de mes pas, je crains d’avoir emmagasiné en moi trop de lumière pour la journée, un peu comme, je ne sais plus, je crois que c’est le Master à in moment dans Doctor Who ou quoi. Vérifier. Marchant, je pense aussi à Eff, j’essaye de trouver une solution à mes dilemmes. Je pourrais tout aussi bien tout passer en narration à la troisième personne avec, parfois, quelques moments au discours direct, comme des bribes de messages enregistrés par les personnages du livre mais alors, je ferai ce que je fais déjà dans Grieg, non ? Je crains que oui. Est-ce grave. Disons que c’est préoccupant. J’avais besoin de deux choses, tu sais, pour m’y remettre, et je l’ignorais totalement que j’étais dans cette attente : l’expression "hyper conductivité électrique", de Rick Bass au sujet de Gordon Lish, et donc Franck Queyraud m’a fait cadeau sans le savoir, alors même que c’est un truc autour de quoi je tourne depuis mais des années (j’avais fait en son temps, sur l’ancien blog, un genre d’exercice d’écriture minimaliste pour voir jusqu’à quel os je pouvais aller. Ça donc, et aussi lire Les présents, le manuscrit d’Antonin. J’avais donc besoin, on peut le dire, de la langue d’autrui pour nourrir les miennes. Ce n’est pas une coquille bien que jécrire sans rien regarder, rien, c’est la réalité. Les miennes. Pluriel. Là, on va manger des trucs disparates chez Florence Kahn (vérifier), on déambule, on fait les touristes, on passera à un moment par de l’ombre, on monte voir l’air bnb loué par les parents d’H., en haut d’un bâtiment typique, poutres apparentes, minuscule mais superbe. Qu’est-ce qu’on donnerait pour vivre dans un espace aussi réduit, n’avoir rien d’autres que deux trois t-shirts, deux trois livres, un ordi, de quoi manger pour chaque jour, deux pantalons, etc. On rentrera en longeant la Seine et à pied, ce qui est bien, jusqu’au jardin de Bercy qui organise un genre de parcours d’initiation aux abeilles pour les enfants, ce qui est sans doute très bien et utile pour les générations futures mais, franchement, a-t-on besoin e s’en remettre à une vision toujours aussi marketing de la vie même (et surtout) pour ça ? Je pose ça là.

150619, version 2 (15 juin 2019)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |