L’étoile la plus proche de nous


Faut se le farcir cet oeil. J’ai vu monter les ombres, trois-cent-soixante degrés, jusqu’à ce que verticales, parfaitement, elles nous avalent, elles disparaissent (à moins qu’on ait plongé en elles ?). Sortie de métro, panorama dans le fond : Montparnasse monde évidemment, les mecs tapent le bitume pour distribuer échantillons gratos d’un nouveau déo de marque. Pour prouver que ça fonctionne, que c’est « anti traces blanches », les corps sont habillés en chemise noire en plein cagnard qui cogne et le slogan : oui, ça fonctionne. On pourrait même bouffer sur leurs aisselles au sec et j’ai demandé : c’est pour de vrai ?

J’ai cogné, construit, sué Coup de tête en plein la sueur, c’était mois d’août éparpillé, genre perpétuel, je m’en souviens très bien. J’aime bien écrire ce qui est moite. Façon dont les doigts collent le tissu sur le ventre pour éponger le nombril, le goût l’odeur du sel sur toute la peau des autres, combien de litres qui coulent sur le faux cuir bas de gamme de ces sacoches en cuir... Moi-même manipuler ce Londres (London Orbital), le bouquin en lambeaux, lambeaux de peau lambeaux de page, papier qui colle à toute la paume et même la colle qui fond sous la tranche et qui découpe le gros pavé de six cent pages en combien de putain de morceaux, je pense : et merde. Avant de quitter le boulot m’entendre dire : vous qui aimez lire en anglais, comment vous traduiriez « rotules auto-lubrifiantes » ?

Pour passer le temps plongé dans la mêlée des corps, ceux qui dégoûtent, j’ébauche entre neurones une prochaine scène probable pour kbb : le prof. De retour face aux veaux les voir comme du bétail et leur sueur pour tout lier. Je le vois gueuler entre ma tête en majuscules VOUS ME FOUTEZ LA GERBE, et peut-être même que ce serait vrai.

Arrivé par chez moi, plongé peaux sous l’eau froide et voir sur le miroir glacé la marque, de l’épaule gauche à la hanche droite, la marque rouge laissée sur tout le torse de la fausse bride en cuir, celui du sac Lacoste. Je prends dans la glace une photo avant que ça dépigmente. On dirait un tatouage, l’éclair bouillant qui découpe rouge la face du clone David Bowie, celui appelé Aladdin Sane.

<  -  >

Partager

Révisions

Aucune révision

Commentaires

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |